ShareThis

13 juillet 2011

Esther, de Jaume Collet-Serra

Film américain de Jaume Collet-Serra, sorti le 30 décembre 2009, avec Vera Farmiga, Peter Sarsgaard et Isabelle Fuhrman.

L’histoire : Après avoir perdu l'enfant qu'elle attendait, la fragile Kate voit ressurgir les douloureux souvenirs d'un passé qu'elle préférerait oublier.
Hantée par des cauchemars récurrents, et décidée à retrouver une vie de couple équilibrée, elle fait le choix, avec son compagnon John, d'adopter un enfant. A l'orphelinat voisin, Kate et John se sentent étrangement attirés par une fillette, Esther.
Mais Kate ne tarde pas à découvrir la face cachée de la " douce " enfant. Autour d'elle, personne n'a rien remarqué, et nul ne semble partager ses doutes et ses inquiétudes...

Mon avis : À l’époque, l’affiche du film m’avait fait grande impression dans les couloirs du métro parisien. Je n’avais pas eu l’occasion jusqu’ici de le voir. Beaucoup de personnes m’en avaient parlé, plutôt en bien. Je m’attendais à quelque chose du genre Les autres, ou L’orphelinat.
En fait, j’ai été déçue, justement parce que c'est comme tous les films du genre déjà vus auparavant. Alors, oui, je ne suis pas forcément une adepte des films d’horreur. Mais j’ai trouvé tout cela dans l’ensemble assez classique et prévisible. Si le spectateur ne peut deviner exactement la fin (de quoi est atteinte la petite Esther), on sait tout de suite qu’elle n’est pas normale. À se demander comment les parents adoptifs ne tiquent pas plus tôt sur les habits de cette enfant, et son comportement extrêmement (trop ?) poli.
Le début est long à se mettre en place, les personnages peu attachants en dehors de Kate. Son mari qui refuse toute discussion avec elle, qui ne lui fait aucune confiance alors que lui-même n'est pas irréprochable est tout de même assez insupportable. Quant à la fin, elle est bâclée : une fois l’explication fournie de qui est Esther et d’où elle vient, ce n’est plus qu’une lutte entre Kate et cette "petite fille". Dès que cette lutte est terminée, hop, générique de fin. Quid des autres membres de la famille ?
Tout ça est mâtiné d’une forte impression de déjà vu, sans grande originalité donc. Ça se regarde, mais sans plus.

4 commentaires :

Cachou a dit…

Idem pour moi. Mais c'est tout le problème de ce genre de films: certains réalisateurs (ou scénaristes) ne veulent pas accepter de jouer sur la peur suggérée (mais qui est cette gosse) plutôt que sur la peur effective (mais est-ce que cette gosse va réussir à me rattraper?), du coup ça donne un film beaucoup moins efficace que ça n'aurait dû être. Dommage...

Neph a dit…

Même si je suis tout à fait d'accord avec tes remarques, sur le coup ça avait bien marché pour moi :)

Manu a dit…

Tout comme toi, j'avais été impressionnée par les affiches. Mais je ne l'ai pas encore vu. Pas sûre d'en avoir encore envie en fait.

Petite Fleur a dit…

@ Cachou : tout à fait d'accord !

@ Neph : ça fonctionne un peu au début, mais j'ai vite été déçue...

@ Manu : tu ne rates rien, je pense qu'il y a bien mieux dans le genre.