ShareThis

22 janvier 2012

La guerre de Troie n'aura pas lieu [Jean Giraudoux]

L'auteur : Hippolyte Jean Giraudoux, né en octobre 1882 et mort en janvier 1944, était un diplomate français et écrivain, auteur de romans, nouvelles et essais. Il est principalement connu pour ses œuvres théâtrales, dont la plus connue est La Guerre de Troie n'aura pas lieu, jouée pour la première fois en novembre 1935, sous la direction et avec Louis Jouvet.

L'histoire : La ville de Troie est menacée par la guerre : la reine grecque, Hélène, a été enlevée par le Troyen Pâris et les Grecs attaqueront Troie si elle ne leur est pas rendue. À Troie, deux clans s’opposent. Les partisans de la guerre, menés par le poète officiel Demokos, attisent les passions nationalistes et cherchent à provoquer le conflit. Face à eux, les pacifiques veulent éviter la guerre à tout prix. Le plus déterminé d’entre eux, Hector, fils aîné du roi de Troie, entreprend tout pour assurer la paix et réussit à persuader les Troyens de fermer enfin les « portes de la guerre ».

Mon avis : On entre sur une scène présentant Andromaque, optimiste, et Cassandre, dans son rôle, annonçant un malheur sans que personne ne veuille la croire. Dès le départ, on sait ce qui va se passer : nous connaissons l'Histoire et nous connaissons le syndrome de Cassandre, condamnée à ne jamais être entendue. Mais, comme éternellement, les hommes luttent pour contrer leur destin, répétant les mêmes erreurs, indéfiniment, aveugles à ce qui les entoure.
Cette œuvre visait à chercher les motivations de la 2nde Guerre Mondiale, écrite en 1934/35, à l’heure où les dictatures montent en Europe, où les hommes voient s’approcher le monstre mais où personne ne fait rien, laissant le monde courir à la catastrophe. Deux camps s’opposent, ceux qui veulent la paix par le départ d’Hélène ; et ceux qui veulent la guerre. Comme souvent, ce sont les instincts les plus destructeurs de l'Homme qui prendront le pas.
J'ai notamment apprécié de voir la guerre de Troie comme on ne la voit jamais. Cette lecture intemporelle du conflit, qui va aussi bien aux temps antiques grecs qu'aux temps modernes des guerres mondiales que nos sociétés soit disant civilisées connaissent.

Un des classiques du théâtre français, à lire absolument.

7 commentaires :

Gruikman a dit…

Tu me rappelles mes années collège ou lycée où on m'avait forcé à lire la pièce et même à aller la voir au théâtre lors d'une de ces fameuses sorties du bétail scolaire adolescent. Ah que c'était beau de voir ces braves profs de français qui essayaient vainement d'inculquer quelques notions culturelles alors que les jeunes sauvageons (assez gentils à l'époque finalement) ne pensaient qu'à savoir si Hélène était nue sous sa robe blanche et gloussant comme des dindons en rut lorsque les pauvres acteurs de la sympathique compagnie amateur essayait de déclamer façon tragédie grecque. Mais bon je n'ai pas un si mauvais souvenir que ça de la pièce elle-même :D

Irrégulière a dit…

J'aime énormément cette pièce et l'écriture de Giraudoux !

Manu a dit…

Un horrible souvenir scolaire !

Kllouche a dit…

Un très bon souvenir et pas scolaire!

Je le relirai bien...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Un très bon souvenir scolaire (pour une fois...)

leiloona a dit…

J'aime bien les différentes expériences des différents commentaires ! :P

Petite Fleur a dit…

Effectivement, toutes vos réactions sont amusantes. Ca ne laisse personne indifférent apparemment !