ShareThis

30 mars 2012

Delirium [Lauren Oliver]

L'auteur : Lauren Oliver est une auteur américaine de littérature pour adolescents.

L'histoire : Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

Mon avis : Les dystopies sont à la mode dans la littérature pour ado. Elles se suivent et ne se ressemblent pas. J'avais aimé Hunger games, plutôt bien apprécié Divergent. Mais ici, je n'adhère pas et vu le nombre de critiques positives que ce roman a suscité, je sais que je vais faire figure d'exception. Pour moi, c'est du déjà-vu, assez plat, Lena l’héroïne est passive et ne fait que subir les événements, les choix des autres, sans jamais déclencher elle-même sa propre rébellion. En celà, d'ailleurs, elle est différente effectivement d'une Katniss qui porte le feu en elle, qui se bat pour survivre. Lena aspire à être comme tous les autres, un mouton dépourvu de tout sentiment et émotion, elle ne se bat pas, elle va d'elle-même à l'abattoir. Jusqu'à ce que son amie la force à sortir de son cocon protecteur.
La construction du monde reste encore une fois très manichéenne. A aucun moment la question ne se pose du pourquoi et du qui a fait ce choix de construire une société dont l'amour serait banni. A aucun moment Lena ne rencontre de personne qui ne serait soit grise, triste et soumise, soit lumineuse et vivante. Non. Tout le monde se répartit selon cette distinction, tant ses amies que les membres de sa famille.
Et puis, l'histoire d'amour est d'une bien trop grosse évidence pour tenir en haleine le lecteur. Toute la narration tournant autour de cette relation interdite qui se tisse, les pages passent lentement, l'histoire s'allonge.
Alors, certes, tout n'est pas mauvais. Il y a de jolies images et de jolies phrases par-ci par-là, notamment sur l'intérêt de l'amour, qui est également souffrance.
Mais pour tout vous dire, même la fin ne me donne pas envie de lire la suite. Parce que bien sûr, il ne s'agit pas d'un one-shot ! Auteurs, arrêtez de surfer sur la vague du succès du genre initiée par un de vos collègues ! Arrêtez de nous resservir en permanence les mêmes histoires ! Après celle des êtres mythiques (vampires, loup-garous, anges) et maintenant les dystopies, à quoi aurons-nous droit ? Un peu d'originalité que diable !

16 commentaires :

Cachou a dit…

Ah ben ça fait du bien à lire, je me demandais si j'étais la seule à ne pas avoir été emportée par ce roman.
Moi, un autre truc m'a frustrée en plus de ça: nous sommes dans une histoire sur l'amour. On sépare les enfants et ados par sexe pour éviter que l'amour ne naisse... Et quoi, il ne manque pas une variable dans l'énoncé? Une telle éviction de l'amour homosexuel m'épate. C'est typique d'une certaine littérature pour jeunesse qui semble mettre certaines choses de côté comme si elles n'existaient pas... Refaisons le monde à notre image pour oublier les différences, des choses comme ça.

Lelf a dit…

Ah ben je ne suis pas d'accord avec toi sur plusieurs points ^^
Déjà Lena. Tu n'aimes pas qu'elle ne se rebelle pas. Ben moi j'i grandement apprécié cette passivité, cette implication dans la dystopie. Parce que 99,9% des gens sont comme elles, ils ne se rendent pas forcément compte, surtout les jeunes. Il va lui falloir un déclencheur important pour commencer à ouvrir les yeux. Et là pour moi c'est super crédible. J'en ai justement ras le bol de voir des super héroïnes de 16-18ans devenir de supra rebelles. Tout le monde n'a pas cette force de caractère, c'est hyper rare. Et finir par résister alors qu'au départ on semble aussi faible, là c'est fort. Mais forcément, ça demande du temps de remettre en cause les convictions de toute une vie, aussi courte soit-elle.

Autre chose, l'histoire d'amour. Pour toi ça ne fonctionne pas. Pour moi c'est une réussite cet aspect. Parce que la manière dont elle décrit les sentiments est hyper vivante. Je la lisais et je me rappelais de quand je tombais amoureuse plus jeune, c'était exactement ça ! J'ai été assez bluffée.
Maintenant si tu trouves que cette histoire d'amour là ne vaut pas le coup, ne lis pas Promise parce qu'alors ce triangle amoureux est cucul au dernier degré et pour le coup pas crédible ni vivant. Je n'aime pas franchement les romances en général, ça me fait lever les yeux au ciel. J'avais peur pour Delirium et en fait je n'ai pas encore trouvé mieux ^^

C'est quand même intéressant de voir qu'on peut percevoir si différemment les choses :)

Luna a dit…

Youpiii !
Tu es pile du même avis que le miens (ou presque) ;)
L'idée est bonne mais j'ai trouvé l'histoire assez mal exploitée, trop-superficielle et pas franchement originale... Cela dit, j'ai quand même bien aimé et je lirais volontiers la suite :)

Mia a dit…

Perso, j'ai passé un super moment de lecture !! Bises !

Petit_speculoos a dit…

Je rejoins ton avis dans le sens où je trouve également que c'est une histoire prévisible, j'aurais aimé plus de surprise, et quelque chose de différent. Néanmoins, je n'ai pas trouvé que tout était négatif. J'ai aimé l'univers créé par Lauren Oliver et la fin m'a assez skotché :)

Arcaalea a dit…

Je comprends les critiques même si moi j'ai été très touchée par ce livre et j'ai même faillis pleurer à la fin alors que cela ne m'était jamais arrivé ! J'ai été étonnée ! Mais peut-être que lors de ma lecture ma vie faisait que j'étais plus sensible c'est tout à fait possible ^^

Ori a dit…

Bon moi j'ai adoré, autant que Divergent, mais loin derrière Hunger Games quand même!
Les goûts et les couleurs...

Petite Fleur a dit…

@ Cachou : effectivement, je n'y avais pas pensé, mais tu as tout à fait raison. Ce qui prouve bien un manque de profondeur dans l'histoire, comme je le soulignais déjà pour "Deux filles sur le toit".

@ Lelf : ce n'est pas tellement qu'elle ne se rebelle pas qui me gêne. Au contraire, comme tu le dis, à son âge, c'est une décision bien trop dure à prendre car avec des conséquences bien trop lourdes. C'est plus que je l'ai trouvé terriblement passive. L'adolescence est l'âge de l'opposition, de la rébellion. Sans aller jusqu'à se mettre en danger, elle devrait tester des limites, se confronter un peu aux autres. En cela, elle n'est pas très crédible comme personnage.
Quant à l'histoire d'amour, ça tient et je reconnais de jolies phrases sur la question. C'est juste que c'est cousu de fil blanc.

@ Luna : Moi, je me suis plutôt ennuyée. Ceci dit, je reconnais ne pas l'avoir lu dans les meilleures conditions pour lui laisser sa chance, mais quand même...

@ Mia & Arcaalea : tant mieux :-) les goûts et les couleurs...

@ Petit_speculoos : je trouve que même les rebondissements sont prévisibles tellement les récits se ressemblent. Si tu ne sais pas exactement ce qui va se passer, tu sais qu'il va se passer quelque chose qui casse tout ce qui était prévu. C'est comme pour les films, tu sais très bien que tant que la musique à suspense est là, tu n'auras pas peur. Mais quand elle s'arrête, là tu sauteras en l'air !

@ Ori : oui mais toi tu as un petit coeur de midinette en permanence :-)

Lilichat a dit…

Je viens de parcourir quelques uns des articles pour cette LC, et je trouve très intéressant de lire les différents avis qu'ils soient positifs ou pas.

Simi a dit…

Tu nous suivras pas pour le tome 2 alors ??? XD
Nan mais je comprends parfaitement que tu n'ai pas forcément accroché moi j'ai aussi eu du mal avec Lena au début, "un mouton", c'est totalement ça maintenant petit à petit je me suis laissée prendre mais bon...
En même temps, c'est bien aussi des avis qui ne suivent pas l'opinion générale, on se rend parfois compte que même si on a aimé un livre, certains points mis en avant par des critiques moins positives n'en sont pas moins vraies !

leiloona a dit…

Le roman m'attend, j'espère être plus conquise que toi ! ;)

Lilly a dit…

Eh ben quel avis! Ca change. C'est vrai que Lena est un peu plate, mais tu dois convenir que vivant dans une société formatée, ses réactions ne pouvaient pas être celles de Katniss. L'histoire d'amour est banale mais elle était logique, par contre le fait que l'auteur élimine un de ses personnages principaux comme ça, c'est une surprise. Moi je lirai le deux. Je suis trop curieuse! ^^

Nelly a dit…

Moi j'ai trouvé l'évolution de Lena très crédible justement parce qu'elle est progressive ! Elle se rend compte que le monde qu'elle croyait parfait ne tourne pas si rond que ça, et elle le voit par elle-même, c'est ça qui est nouveau ! Et c'est complètement d'actualité : quand on voit tout ce qu'on nous sert comme énormités à la TV et tout le monde gobe sans se poser de questions...jusqu'au jour où peut-être il y a un déclic pour certains...
Bien sûr qu'on s'attend à ce qui va se passer, l'histoire d'amour, la révolte, mais en même temps, c'est comme ça dans presque tous les livres, c'est juste la façon dont s'est amené qui peut changer !

styx2005 a dit…

Moi aussi j'avoue que j'ai largement préféré Hunger Games ainsi que Divergent mais j'ai quand même apprécié celui ci!

stephanie-plaisir de lire a dit…

bon et bien je suis assez mitigée sur ce livre. J'ai trouvé ça vraiment trop long à commencer. La fin m'a enchantée mais attendre si long pour arriver à une fin qui nous oblige à nous plonger dans le tome deux...c'est dommage.

_ananas_ a dit…

C'est sûr que tu n'as pas du beaucoup accroché pour ne même pas avoir envie de lire la suite après cette fin (... si frustrante) !
Bonne continuation :p