ShareThis

08 mars 2012

Recherche bad boys desespérément, de Julie Anne Robinson

Film américain de Julie Anne Robinson, sorti le 8 février 2012, avec Katherine Heigl et Jason O’Mara.

L’histoire : Stéphanie Plum ne manque ni de fierté ni d’aplomb, même si elle vient de se faire virer et qu’un créancier vient lui prendre sa voiture.
Fauchée, elle parvient à convaincre son cousin, un type plutôt louche, de l’engager dans son agence de cautionnement... comme chasseuse de primes ! Stéphanie n’y connaît rien, ce qui ne l’empêche pas de se lancer aux trousses de Joe Morelli, un ancien flic suspecté de meurtre qui avait eu en plus le mauvais goût de la séduire avant de la plaquer lorsqu’elle était au lycée… Entre l’envie d’empocher la prime et un léger parfum de revanche, Stéphanie est remontée à bloc.
Pourtant, même si le très expérimenté Ranger lui enseigne quelques trucs, sa mission va vite s’avérer plus compliquée que prévu. Si on ajoute à cela sa famille envahissante, un boxeur qui pourrait bien être un tueur, des témoins qui tombent comme des mouches et son cœur qui bat la chamade pour celui qu’elle est censée arrêter, le nouveau job de Stéphanie risque de lui changer la vie – si elle n’en meurt pas !

Mon avis : J’avais tellement aimé le livre, La Prime, dont est tiré ce film, que je n’ai pas résisté à l’envie de proposer à une amie un ciné-filles pour aller le voir, malgré la bande annonce qui me laissait supposer des déceptions (la scène de la douche avec une serviette, franchement !).
Ce n’est pas une catastrophe totale, mais on est très très loin d’un grand film. Alors, oui, vu l’histoire et le sujet, je le savais déjà. Mais il y avait, je pense, moyen de faire nettement mieux. Ici tout est clairement fait pour surfer sur le succès de librairie de Janet Evanovich, sans réfléchir 30 secondes à une bonne façon de mettre cette histoire en images. Le récit de La prime a un côté très visuel qui ne suffit pas pour une narration filmographique, il fallait adapter et inventer pour rendre cela drôle. Alors, certes, j’ai souris certaines fois, très bon public. Mais pour le reste…
C’est plat, mou, sans rythme, et je n’ai fait qu’attendre les scènes clés que je connaissais pour les voir, tout en étant en permanence déçue car mon imagination à la lecture du livre était bien plus intéressante que ces images fadasses et aseptisées, sans saveur qu’on nous propose ici. Il n’y a plus d’étincelle ni d’amusement, plus la légèreté de l’histoire originelle, tout devient d’un lourdingue absolu. Alors franchement, mettre autant de temps à faire l’adaptation (les droits ont été achetés il y a belle lurette) pour un tel résultat, on aurait pu s’en passer !

2 commentaires :

Mango a dit…

Je note le roman alors (Je viens de lire ton billet qui m'en a donné l'envie), et je laisse tomber le film.

Joanna a dit…

J'ai bien fait de ne pas aller le voir au ciné; et pourtant j'aime beaucoup Katherine Heigl! En revanche j'ai le roman dans ma PAL, il me fait bien plus envie.