ShareThis

10 août 2012

Comment se débarrasser d'un vampire amoureux [Beth Fantaskey]

L'auteur : titulaire d'un master en journalisme, Beth Fantaskey enseigne à l'université.

L'histoire : Jessica attendait beaucoup de son année de Terminale : indépendance, liberté, fêtes... Elle n'avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu !
Adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, Jessica découvre avec stupeur qu'elle est fiancée à un prince vampire depuis sa plus tendre enfance, et qu'il a bien l'intention de réclamer sa promise.
Séduisant, ténébreux, romantique, Lucius est persuadé que Jessica va lui tomber dans les bras. Malheureusement, la jeune fille a d'autres projets et pas la moindre envie de suivre un inconnu en Roumanie, tout prince vampire qu'il soit.

Mon avis : J'ai fait la même erreur que Loesha. Pourtant, elle avertissait le lecteur dans son billet : si le titre et la 4e de couverture poussent à attendre une parodie de bit' lit, des dialogues mordants et beaucoup d'ironie, il n'en est rien. Du coup, forcément, je suis déçue.
Ce titre n'apporte rien de plus que beaucoup d'autres dans le même genre. Je ne boude pas mon plaisir, et je reconnais l'avoir lu très vite, sans me poser de questions. La critique de la société moderne consumériste à l'excès, insouciante, est plutôt bien rendue. Mais tout cela manque terriblement de nouveauté ! J'entends bien qu'on pourrait y voir le contre-pied du premier tome de Twilight : Edward subjugue complètement Bella, alors que Jessica prend Lucius pour un cinglé. En cela, le début se lit agréablement. Mais si seulement la fin pouvait ne pas être si prévisible ! Car on se doute que Lucius ne peut pas ne pas triompher.
Jessica, alias Anantasia, est très soumise. Elle ne prend jamais le contrôle d'aucune situation, ne faisant que subir. Je sais que ce n'est qu'une jeune fille de 17 ans, mais c'est tout de même très agaçant alors que l'auteur tente de la faire passer pour une maîtresse-femme née, qualité héritée de sa mère biologique. Que diable, qu'elle prenne les choses en main ! On se croirait au siècle précédent, où les femmes subissaient leur sort imposé par les hommes, sans broncher. C'est bien beau d'être "gentille", mais il faudrait tout de même avoir un peu de caractère autrement qu'en mettant une baffe retentissante à son promis.
Lucius est assez fade lui aussi. Alors oui, il résiste un peu au début pour la forme. Mais son côté sombre n'est  qu'un masque d'opérette. Il n'est pas un vrai méchant. Il a peut être envie de tuer tout ce qui le contrarie, mais en cela est-il si différent de n'importe quel adolescent en pleine puberté ?
Enfin, le monde dans lequel on nous plonge, celui de deux clans vampires qui, pour éviter le carnage tente une alliance. Et bien ce monde manque cruellement de profondeur. En quoi être un vampire est-il si intéressant ? Comment les vampires peuvent-ils être éternels en ayant tout de même des allures de jeunes adolescents ou de vieux sages ? Toutes ces questions sont posées dans le roman, mais l'auteur évite d'y répondre à coup de pirouette. Et laisse le lecteur en plan, à devoir suivre une histoire cousue de fil blanc. Le monde vampirique n'est au final qu'anecdotique et absolument pas exploité. La fin, assez baclée, comme si Beth Fantaskey ne savait trop comment finir, laisse clairement entendre une suite possible. Et effectivement, il y en aura. Forcément, quand ça marche, pourquoi ne pas rallonger la sauce...

Ça aurait pu être drôle et mordant, c'est au final assez classique et fade. Dommage.

4 commentaires :

Bloody Freaks a dit…

Mon avis rejoint globalement le vôtre. Si la première partie va en effet dans le sens d'une prise à contrepied des scénarios habituels du genre, la fin retombe dans un schéma ultra-classique pas forcément original, et fait donc manquer le coche à l'ouvrage.

Dommage, du coup http://www.vampirisme.com/livre/fantaskey-comment-se-debarrasser-d-un-vampire-amoureux/

Ori a dit…

De mon côté, j'avoue, la première partie m'avait fait bien marrer, par contre, j'avais été déçue par la fin (ce qui ne m'a pas empêchée d'acheter la suite, honte à moi!).

Petite Fleur a dit…

@ Bloody Freaks : effectivement, nous sommes d'accord, même si au final vous semblez avoir pris peut être plus de plaisir à cette lecture que moi.

@ Ori : je pense que moi je vais m'arrêter là :-)

Loesha a dit…

C'est vrai que le premier chapitre laisse présager du très bon, avec le coup du mec sombre, à la cape et aux cheveux qui volent au vent (à un arrêt de bus), un vrai cliché ! Mais effectivement, le soufflet tombe bien vite :(