ShareThis

30 octobre 2012

Exposition : Raphaël, les dernières années


Avec la collaboration du musée du Prado, le Louvre propose jusqu’en janvier quelques œuvres réalisées par Raphaël ou par son atelier, durant les sept dernières années de sa vie, au demeurant assez brève puisqu’il meurt à 37 ans.

De son vrai nom Raffaello Sanzio, Raphaël est un peintre et un architecte italien de la Renaissance, fortement influencé par Léonard de Vinci ou Michel-Ange. Très jeune, il devient maître lui-même et non plus disciple. Cela lui permet d’avoir un atelier et des élèves qui participeront très largement à ses toiles, au point qu’il est difficile parfois de savoir ce qui est de lui et ce qui est un travail collégial. Il participera à la décoration du Vatican et croule littéralement sous les commandes avant de mourir brutalement.

Vierge au poisson (source)

Pour avoir vu il y a peu de temps l’exposition sur les dessins de Vasari et le début du maniérisme, on sent effectivement que les travaux de Raphaël sont à une époque charnière. Les personnages sont fortement inspirés par d’autres œuvres de grands maîtres, certaines proportions ne sont pas respectées. Tout un travail est visible sur la position des corps, le rendu de leur expression.

L'extase de Sainte Cécile (source)

 J’ai particulièrement été surprise par la différence de traitement des mains : certains personnages présentent des mains aux doigts lourds et potelés alors que d’autres ont vraiment des doigts fins et graciles. L’exposition est organisée de façon à présenter sa « période romaine », c’est-à-dire son travail au Vatican, aussi bien les tableaux réalisés que les dessins d’étude préparatoire (bien pensée, la disposition des diverses œuvres dans l’exposition permet de visualiser le croquis et le tableau final en même temps) ou encore les tapisseries de la chambre papale.

Portrait de Bindo Altoviti (source)
À coté du portrait ci-dessus, ce trouve celui que les experts considèrent peut-être comme celui de sa femme. Il faut comparer ce tableau avec celui de la donna Velata, ci-dessous. Le positionnement est quasi identique, mais le traitement est pourtant bien différent. À la simplicité de la première répond la richesse de la Velata. Le parallèle entre les deux est intéressant. 

La donna Velata (source)

Encore une fois, un petit tour sur cette page pour en apprendre plus sur cet artiste.


Informations utiles :

Du 11 octobre 2012 au 14 janvier 2013
tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi et nocturnes les mercredis et vendredis jusqu’à 21h45

Musée du Louvre, Hall Napoléon
Tel : 01 40 20 53 17

Tarif : Accès avec le billet d’entrée au musée 10€
 Site du musée du Louvre : ici

2 commentaires :

L'Irrégulière a dit…

C'est une des (nombreuses) expositions qui me tentent en ce moment !

Petite Fleur a dit…

@ L'irrégulière : oh, oui, il y en a beaucoup en ce moment qui sont intéressantes. Dur de choisir et difficile de trouver le temps.