ShareThis

31 janvier 2013

Louvre #4 : Les bijoux de la Couronne

La Galerie d’Apollon est une galerie du Louvre, véritable prototype du classicisme français. On y retrouve différents grands personnages du royaume, les signes du zodiaque et les mois de l’année.

La Galerie d'Apollon au Louvre
Cachés tout au fond de la Galerie, les bijoux de la Couronne de France, ou plutôt le peu qu’il en reste sont présentés.


Epée de cour de Louis XV ou son fils - Couronne dite de Charlemagne - Couronne de Louis XV
On trouve l'épée de cour de Louis XV ou de son fils en bas sur l'image, à gauche la couronne dite de Charlemagne, qui a en fait, comme son nom ne l’indique pas, été créée pour le sacre de Napoléon Ier et à droite la couronne de Louis XV, que je vous propose en plus gros juste en dessous.

Couronne Louis XV copyright 2010 Musée du Louvre / Martine Beck-Coppola
En faisant le tour de la vitrine, on peut voir ces mêmes couronnes de l’autre côté.

Bijoux de la couronne - Aigle de Pologne - Côte-de-Bretagne

Les couronnes sont accompagnées cette fois, de gauche à droite, de l’aigle de Pologne,

Aigle de Pologne Copyright 1987 RMN/Daniel Arnaudet
et au milieu de la Côte-de-Bretagne, spinelle qui composât la Toison d’or de Louis XIV avec le Hope, alors connu sous le nom de Bleu de France.

La vue sur le côté de la vitrine propose la couronne de haute tête de l'impératrice Eugénie. Pour que vous vous rendiez mieux compte, je vous mets également la photo du site du Louvre, bien plus réussie (forcément).

Couronne de haute tête de l'impératrice Eugénie Copyright 1988 RMN/Pierre et Maurice Chuzeville
A un autre endroit, sur lequel je suis tombée un peu par hasard, notamment lors de ma visite de l'exposition Wim Delvoye, on trouve des bijoux appartenant à l'impératrice Eugénie mais également à la duchesse d'Angoulême. Pour rappel, cette dernière était la fille de Louis XVI.

Bracelet de la duchesse d'Angoulême
Il y a une paire de bracelets de la duchesse d’Angoulême en rubis : ils faisaient partie d’un ensemble de bijoux qui furent ensuite démontés pour être adaptés à la nouvelle mode.


Diadème de la duchesse d'Angoulême

Le diadème de la duchesse d'Angoulême est fait d’émeraudes et de diamant, une très belle pièce, un bijou tout en finesse.

Je n'ai pas fait de photo, mais on peut également voir le diadème de l'impératrice Eugénie. Commandé par Napoléon III suite à son mariage, il faisait partie d’un ensemble. Il contient 212 perles d’Orient et 1998 diamants. Je suis beaucoup moins fan, c’est une composition que je trouve plus lourde que le diadème précédent.

Grand noeud de corsage de l'impératrice Eugénie

Enfin, le grand nœud de corsage de l’impératrice Eugénie , véritable chef d’œuvre composé de 2 634 diamants, il met en évidence le goût de la passementerie en vogue au Second Empire.

Malgré deux visites, je n’ai toujours pas pu trouver où étaient cachés les diamants non montés, notamment Le Régent, Le Sancy ou l’Hortensia. Je me doute que de sérieuses questions de sécurité ne sont pas faciles à résoudre. Mais j’espère qu’un jour notre plus beau musée saura se doter d’une salle contenant tous ces bijoux bien mis en valeur. C’est en effet un véritable trésor national qu’il est dommage de ne pas pouvoir admirer comme il se doit.

Un article sur Wikipedia vous expliquera le périple des joyaux de la couronne de France.

1 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

La prochaine fois, je saurai quoi allez voir au Louvre....