ShareThis

24 mars 2013

Automne [Jon McNaught]

L'auteur : Jon McNaught est un auteur de bande dessinée anglais, né en août 1985, qui a reçu avec cet album le prix Révélation au festival d'Angoulême en 2013.

L'histoire : C'est un mardi gris d'octobre semblable à tant d'autres dans la petite ville de Dockwood. Les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes : à la maison de retraite d'Elmview, un garçon de cuisine prépare le repas des pensionnaires ; le long de la rue Nettlefield, un livreur de journaux finit sa ronde ; et dans les arbres les hirondelles se rassemblent à grand bruit avant de s'envoler vers l'Afrique.

Mon avis : Cette fois, c'est grâce à l'opération La BD fait son Festival de Price Minister que j'ai découvert cette bande dessinée Automne.

La couverture est déjà différente des autres bd : un rendu proche du tissu, épais et doux, qui augure bon du contenu. Celui-ci nous décrit deux histoires : celle d'un jeune homme qui part le matin travailler dans une maison de retraite pour faire la cuisine ; lorsqu'il termine sa journée, c'est l'histoire d'un lycéen qui fait sa tournée pour livrer les journaux qui commence. C'est, pour les deux histoires, un quotidien tout à fait banal, fait de petits gestes routiniers mais pourtant importants à leur manière. Cette routine s'oppose à la nature qui change doucement mais inexorablement : l'automne commence, les feuilles tombent.
Ces gestes quotidiens font forcément écho à des souvenirs chez le lecteur, ils résonnent en nous d'autant plus qu'on sent les odeurs dans la cuisine, le soleil couchant et rasant sur notre peau, les milliers de variations autour de l'orange et du marron alors que la palette de couleurs est en fait assez réduite. Mais c'est là la magie de l'auteur que de nous faire ressentir cela. Le dessin est simple et avec les couleurs le tout donne une impression de douceur. J'ai aimé particulièrement les moments où l'histoire est vue au travers des yeux des animaux, notamment les oiseaux, qui détache encore plus le lecteur et  accentue le sentiment mélancolique.
Pourtant, justement peut être à cause du sujet choisi, de ce quotidien sans histoire réelle, je ne suis pas sure que cette œuvre restera dans ma mémoire. C'est dommage pourtant, et je ne voudrais pas que cela vous détourne de cette découverte qui en enchantera beaucoup, j'en suis sure.


Comme vous le savez, je ne donne pas de note à mes lectures, mais l'opération de Price Minister le demande, alors je mettrais un 15/20.

2 commentaires :

Gaby a dit…

J'avais adoré découvrir cette BD. Lorsque je l'ai lu, j'avais l'impression d'être coupé de tout. C'est calme, silencieux... J'en garde encore un très bon souvenir, et je suis à deux doigts de m'y replonger :)

Nane a dit…

Je suis parfaitement en accord avec le commentaire de Gaby. Quiétude et douceur, c'est ce qu'il me reste de cette BD. Idéale pour les lectures au coin du feu!