ShareThis

17 mai 2013

Celui qu'on ne voit pas [Mari Jungstedt]

Un peu plus d'un an après ma lecture des Ombres silencieuses, je termine ma remontée dans la série de Mari Jungstedt pour lire cette fois la première enquête de l'inspecteur Knutas.

L'histoire : Après s'être disputée avec son compagnon lors d'une fête dans leur maison de campagne, Helena Hillerström sort promener son chien le long de la plage. Bientôt, cernée par un épais brouillard, elle sent qu'on la suit. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, tuée à coups de hache.
Frida Lindh, une jeune mère de trois enfants, quitte le bar où ses amies et elle se rencontrent régulièrement. Malgré la nuit et les quelques verres de vin qu'elle a bus, elle prend son vélo pour rentrer à la maison. Les rues sont désertes. Elle est seule. Non. Pas seule. Une ombre la suit.
Celui qu'on ne voit pas.
Le commissaire Anders Knutas et son équipe mènent une longue et difficile enquête sous la pression des médias. Quel est le lien entre ces deux jeunes femmes ? Knutas doit au plus vite découvrir le mobile du meutrier avant que celui-ci ne frappe de nouveau.

Mon avis : On retrouve bien là l'écriture caractéristique de l'auteur, avec de très courts chapitres présentant les différents points de vue, dont celui de l'assassin. Alors, comme je l'ai déjà souligné, cela ne permet pas de s'attacher particulièrement à un personnage, mais plus de brosser doucement l'évolution d'une enquête mal commencée par faute d'indices. Elle va durer une vingtaine de jours (les jours rythment la lecture) et est menée par des inspecteurs ordinaires, qui cherchent et font parfois des erreurs. On ne saura d'ailleurs pas grand chose des personnages, à l'exception d'Emma, amie d'Helena, la première victime. Cela ne m'a pas tellement dérangé dans la mesure où j'ai déjà lu les 2 enquêtes suivantes et que je suis donc familière avec eux. Mais cela peut être gênant encore une fois pour s'attacher à l'un d'eux.
C'est bien écrit et efficace mais pas très original ou surprenant. Il n'en reste pas moins un gentil polar dans lequel j'ai apprécié de me laisser porter. D'autant qu'il me rappelait mon court séjour à Stockholm et l'ambiance doucement estivale qui flottait. Car l'auteur laisse une petite part aux descriptions de paysage et surtout d'ambiance : la mer, la douceur de vivre dans un petit vent frais ou dans la chaleur écrasante de l'été. Quant à l'intrigue elle-même, on fait des suppositions, on cherche, on pense trouver, mais il faudra attendre les dernières pages pour trouver, avec un tout petit peu d'avance sur les enquêteurs.

3 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

C'est au moins un bon polar avec une belle toile de fond.

Manu a dit…

J'ai un titre de cette série. Mais ce n'est pas celui-ci.

Lilibook a dit…

J'ai l'auteur dans ma pal, à découvrir