ShareThis

24 juin 2013

Exposition : Paris Haute Couture



L'Hôtel de Ville de Paris célèbre la Haute Couture dans cette exposition, notamment constituée des collections du musée Galliera.

Cette exposition est découpée comme l'exposition Paris vu par Hollywood, à savoir une définition de ce qu'est la Haute Couture et du travail de création avant de présenter, au rez-de-chaussée, les robes elles-mêmes, véritables œuvres d'art. Les petites mains sont mises à l'honneur et on découvre la minutie de leur travail, l'importance qu'il a pour arriver au produit final. Les différents processus de création sont également expliqués, entre les créateurs qui couchent tout sur leur croquis, en faisant en soi déjà une œuvre d'art, à ceux qui ne s'en servent que comme un appui à la réflexion, pour ne pas laisser passer une idée.

Les robes sont signées des grands noms de la Haute Couture : Balenciaga, Chanel, Madeleine Vionnet, Lanvin, Rochas, Dior, Givenchy, Cardin ou encore Courrèges. Et il y en a pour tous les goûts. Pour ma part, j'ai été davantage sensible au travail de Carven et de Grès. Les autres peuvent confiner parfois à l'horrible, disons le franchement.

© Photographie droits réservés / Mairie de Paris
source
J'ai pourtant aimé cette robe, à gauche, une Worth tea-gown de 1895, la plus ancienne de la collection il me semble, qui souligne la silhouette comme je l'aime. La qualité du tissu est impressionnante, fait de soie rebrodée de motifs en velours aux reflets changeants, avec des teintes bleutées. Après, je peux comprendre ceux qui diront que ça ressemble à du tissu de fauteuil... Pour la petite histoire, notons que Worth est considéré comme le premier créateur de Haute Couture. Quant à celle de droite, une Balenciaga datant de 1967, j'ai du mal à comprendre le besoin du tissu uni sur le dessus qui vient complètement casser et enlaidir, à mon goût, tout le travail minutieux qui a été fait pour le dessous.
Cette image illustre donc bien la dichotomie qui se révèle au cours de cette exposition : partout on notera la qualité du travail fourni, le souci du détail, mais parfois le résultat final peut sembler affreux.

On retrouve le tombé fluide des années 30 qui oblige à une silhouette parfaite pour mettre en valeur la robe. On croise bien sûr le mythique tailleur Chanel des années 60, avec sa ligne si typique.. En bref, un aperçu rapide de l'évolution de la mode en quelques modèles.

Robe Carven - Exposition Paris Haute Couture

Je vous parlais de Grès et de Carven. Ci-dessus, c'est peut-être, encore une fois à mon goût, une des plus belles robes de l'exposition, signée Carven. C'est la seule photo que j'ai pu prendre car un vigile s'est précipité sur moi pour m'annoncer que les photos étaient interdites. Snif !

A ne pas louper, les gants griffes, très très particulier. Cela nous rappelle que la Haute Couture, qui a vu le jour à Paris au milieu du XIXe siècle, n'est pas vraiment une affaire d'habillement, mais bien davantage une affaire d'art qui s'appuie sur le savoir-faire de milliers d'autres personnes, du créateur à la petite couturière, toutes exerçant un métier de haute technicité. C'est d'ailleurs aujourd'hui une appellation juridiquement protégée en France, depuis 1945. Sur plus d'une centaine de maisons, il n'en existe aujourd'hui que 21 qui sont restées de Haute Couture, car cela correspond à des critères très précis : travail réalisé à la main, nombre d'ateliers, d'employés, de modèles par collection, participation à des grands défilés, surface de tissu utilisé.

Informations utiles :


Du 2 mars au 6 juillet 2013
tous les jours sauf dimanche et jours fériés de 10h à 19h, dernière entrée à 18h15

Hôtel de ville de Paris Salle Saint-Jean
5 rue de Lobau - 75004 Paris
Tél : 01 42 76 51 53

Gratuit

2 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Flûte, je serai à Paris le 8, trop tard.....

Mango a dit…

Une belle exposition sûrement qu'il serait temps d'aller voir car elle ferme bientôt. Merci de l'avoir signalée!