ShareThis

04 juin 2013

L'hypnotiseur, de Lasse Hallström

Film suédois de Lasse Hallström sorti le 8 mai 2013, avec Tobias Zilliacus, Mikael Persbrandt et Lena Olin.

L'histoire : Une famille est retrouvée sauvagement assassinée dans une maison de la banlieue de Stockholm. Laissé pour mort, Josef, le fils aîné, devient le seul témoin du crime. Dans le coma, il ne peut être interrogé par l'inspecteur Joona en charge de l'enquête. Pour progresser, Joona demande à Erik Maria Bark, hypnotiseur, de tenter un contact avec le garçon. Alors qu'il devait ne plus jamais utiliser ses dons, Erik accepte et s'aventure dans l'exploration du subconscient du jeune garçon.

Mon avis : Grâce à Emma, j'ai gagné 2 places pour aller voir ce film. J'avais entendu parler du roman, que je n'ai pas eu l'occasion de lire. Mais pour une fois qu'il s'agit d'une adaptation suédoise, je me suis fait un plaisir d'aller voir ce que cela donnait. Direction un des rares cinémas qui le passait encore. En rentrant de ma séance, je tombe sur l'avis d'Yspaddaden concernant le livre de Lars Kepler dont ce film est adapté. Et force m'est de reconnaître que si le roman semble apparemment fade, cela ne s'arrange pas avec l'adaptation cinématographique.
Commençons par le point positif, l'atmosphère est vraiment très agréable. Nous sommes ici loin des productions hollywoodiennes avec force courses poursuites et hurlements dans tous les sens. Ici les gens ne passent pas leur temps dehors, mais confortablement au chaud, pour réfléchir et essayer d'assembler le puzzle de cette enquête. Les caractères ne sont pas démonstratifs, taciturnes et naturellement taiseux. La tension est palpable mais rarement dite. Saupoudrez cela d'images de Stockholm sous la neige, et vous aurez forcément une impression de changement assez agréable. Le problème, c'est que cela est loin d'être suffisant pour faire avaler la pilule.
Car les lacunes du scénario sont vraiment trop flagrantes. Si le spectateur est intéressé sur la première moitié du film, incohérences et invraisemblances vont se succéder dans la seconde et le faire totalement décrocher. Passons sur le fait que si vous êtes un minimum averti vous aurez tout de suite repéré le comportement un peu bizarre de ce personnage rapidement croisé en début de film et qui bien sûr aura son importance pour la suite. Pour le reste, cela tient du jeu de massacre. Des exemples : un policier vient chercher comme prévu l'inspecteur Joona pour l'emmener dans la maison où se trouve le suspect mais les renforts ne sont pas avec lui et n'arriveront pas avant 30 minutes. Mais bien sûr... Et ce n'est là qu'un exemple : la femme enfermée dans un hôpital psychiatrique pendant 10 ans qui sortira sans aucun suivi ; cette même femme capable de manipuler un adolescent au point de lui faire commettre des actes horribles ; la femme médecin qui se fait planter sans aucune explication en plein rencard pour relancer l'enquête qui piétine grâce à une banale phrase prononcée ; le couple qui se déchire et qu'un drame va re-souder. Comment peut on laisser passer des énormités pareilles ! De l'art de l'hypnose, le spectateur ne saura au final que peu de chose tellement les séances sont anecdotiques dans le scénario. Dommage, cela aurait pu peut être rattraper un peu cette catastrophe.
C'est bien beau de vouloir surfer sur la vague du succès de Millénium, ce serait mieux de le faire avec de la qualité histoire de ne pas dégouter complètement le public.

4 commentaires :

Soie a dit…

Bon... J'ai tenté le mois dernier un écrivain suédois, je n'en connais pas beaucoup à part l'auteur de Millenium et Camilla Läckberg. J'ai donc tenté Henning Mankell mais je n'ai pas du du accroché :-( ... j'ai trouvé ça très lent, une ambiance de plomb et j'ai abandonné au bout de quelques chapitres. J'avais chois' "Les chaussures italiennes".
Apparemment je ne vais pas me rattraper avec l'hypnotiseur ;-)

Alex Mot-à-Mots a dit…

Tu as la dent dure, car c'est vrai que ce roman n'est pas parfait. Mais j'ai tout de même passé un agréable moment.

Petite Fleur a dit…

@ Soie : Bon retour parmi nous ! Je n'ai jamais tenté Mankell. Ni Läckberg d'ailleurs, il faudrait que j'essaie.

@ Alex Mot-à-Mots : le roman, je ne sais pas, je me fie juste à l'avis d'Ys qui rejoint de beaucoup ce que j'ai pensé du film. Pourtant l'ambiance était là, c'est vraiment dommage.

Nelfe a dit…

C'est un film que j'aurai bien aimé voir moi aussi mais je n'en ai pas eu le temps. Il a filé aussi vite que son ombre des programmations des cinémas du coin!
J'attendrais qu'il sorte en DVD car ça ne me dit rien de le découvrir en roman, j'ai lu quelques avis assez mitigés et la vie est déjà bien trop courtes pour lire tous les bons romans présents en librairie ;)