ShareThis

04 juillet 2013

Avec vue sur l'Arno [E.M. Forster]

L'auteur : Edward Morgan Forster, né en janvier 17879 et mort en juin 1970, est un romancier britannique.

L'histoire : Lucy Honeychurch n'aurait jamais pu partir à la découverte de l'Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d'un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n'a pas de vue sur l'Arno. En violation de toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils George, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L'attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu'elle lui oppose poussent Charlotte à décider d'abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois...
Un roman délicieux sur l'éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

Mon avis : Il s'agit ici à la fois d'une romance et d'une critique de la société britannique non pas victorienne, mais celle d'Edouard VII, son fils. Je m'attendais, après les critiques plus qu'élogieuses sur ce roman, à trouver l'ambiance appréciée dans ma lecture d'Elizabeth Gaskell. Mais, non, ce fut une vraie déception et je me suis passablement ennuyée !
A vouloir faire dans la subtilité, l'auteur fait terriblement compliqué. Les seules scènes d'action sont complètement passées sous silence. Prenons la scène du baiser à Florence : le jeune homme lui tombe dessus et l'embrasse ; elle n'a pas le temps de réagir et de se ressaisir que son chaperon débarque. Rideau, retour dans la pension puis départ pour Rome. D'accord, mais la lectrice que je suis aurait aimé un peu plus de détails tout de même.
La plume n'a pas su me séduire tant les sentiments sont décrits de façon alambiquée. Oui, il y a des touches d'humour qui seraient agréables si elles étaient peut être plus évidentes. Ajoutez à cela de multiples références que je n'ai pas comprises (peut être du fait que j'ai lu ce roman dans une vieille édition, j'espère que les plus récentes sont annotées) et qui ont fini de me perdre. J'avoue que je connaissais l'intrigue principale avant de lire ce roman, ce qui explique peut être que je n'ai pas pu être davantage emportée par l'opposition entre le monde dans lequel Lucy évolue, fait de règles et de non-dits, et celui auquel elle aspire, représenté par George. Mais le poids d'un tel mode de vie semble lourd à porter pour une si jeune fille.
Encore une fois, les thèmes auraient pu me plaire, car ils ne sont pas si éloignés de ceux de Jane Austen, que j'adore. Mais c'est le style auquel je n'accroche vraiment pas qui me font abandonner cette lecture. Je tente le film et je vous en reparle bien vite.

Ce roman fait partie du Petit Bac 2013 d'Enna, dans la catégorie Lieu.

1 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Oh flûte, de cet auteur, j'avais beaucoup aimé "Retour à Howard Ends".