ShareThis

15 septembre 2013

Pacific Rim, de Guillermo del Toro

Film américain de Guillermo del Toro, sorti le 17 juillet 2013, avec Charlie Hunnam, Idris Elba et Rinko Kikuchi.

L'histoire : Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju.
Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manoeuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Mon avis : Lorsqu'on va voir un film pareil, mieux vaut savoir ce dont il s'agit. Mais une fois prévenue, je suis capable de voir des films bien bourrins et pas très fins et y prendre plaisir.
Ce Pacific Rim, annoncé et attendu depuis longtemps comme le bockbuster de l'été, a un scénario pas très creusé, d'un classicisme déjà éprouvé, mais qui tient la route, à l'inverse de Prométheus par exemple. Ce qui permet de se laisser porter et d'apprécier les effets spéciaux mis en œuvre. Godzilla contre les machines dirigées par les humains : Transformers ou Power Rangers, chacun y verra ce qu'il veut.
Il faut reconnaître que j'aime me laisser happer parfois par des histoires simples, sans prise de tête, qui en mettent plein la vue. Si ce n'est pas votre cas, alors passez votre chemin, ce film n'est pas pour vous. Car ça déménage, sans subtilité. Des combats dans tous les sens, des flammes, des dommages collatéraux, de la destruction. Un film de monstres et de bons sentiments, où le capitalisme à outrance a mené le monde à sa fin, où les États-Unis vont tous nous sauver (notons le USA sur les capsules de survie), où chacun met de côté ses ressentiments pour que tout le monde travaille ensemble main dans la main à vaincre les vilains monstres venus nous envahir.

Un divertissement efficace, je n'en demandais pas plus.

2 commentaires :

Loesha a dit…

Vu et convaincue :)
Effectivement il ne faut pas s'attendre au scénario du siècle, mais les images sont très sympa. Je m'attendais à un Transformer-like mais c'est bien mieux ! J'adore les monstres à la Gozilla qui font un bon contraste avec les mecha. Bon spectacle sans prise de tête !

Petite Fleur a dit…

@ Loesha : sympa hein ce côté gros monstres qui se tapent dessus :-)