ShareThis

05 octobre 2013

Les apparences [Gillian Flynn]

J'ai découvert l'auteur avec Les lieux sombres. Lorsque j'ai appris la sortie de ce troisième et nouveau titre, j'ai eu hâte de le découvrir.

L'histoire : Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari, Nick, forment en apparence un couple modèle.
Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan, leur vie aisée, leur travail dans la presse, pour s'installer dans la petite ville du Missouri où Nick a grandi.
Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, celui-ci découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres aux murs brisés, et aucune trace de sa femme. L'enquête qui s'ensuit prend vite une orientation inattendue : sous les yeux de la police, chaque petit secret entre époux et autres trahisons sans importance de la vie conjugale prennent une importance inimaginable et Nick devient bientôt un suspect idéal.
Alors qu'il essaie désespérément de son côté de retrouver sa femme, celui-ci découvre qu'elle aussi lui dissimulait beaucoup de choses, certaines sans gravité, d'autres bien plus inquiétantes.

Mon avis : J'ai un avis un peu plus mitigé sur ce roman que la plupart des lecteurs. Non pas qu'il ne m'ait pas plu, bien au contraire. Il est efficace, bien construit, et se dévore. Notamment par le choix de narration adopté par Gillian Flynn, alternant chapitre après chapitre les points de vue d'Amy et de Nick, à des moments chronologiques différents. Se dessine alors sous nos yeux de lecteur un couple qui nous semble amoureux. Semble, car tout n'est qu'apparence ici. Très vite, quelques éléments sonnent faux.
Le début apparait un peu longuet, mais cela est voulu. Il fourmille littéralement de détails. Et ces détails auront leur importance par la suite. Car le talent de l'auteur est bien dans la description de ces petits riens qui en révèlent tant sur les gens et sur l'ambiance. Le personnage principal ici est en fait le couple, plus que les individualités composées par Nick et Amy.
Amy est une femme au foyer désœuvrée. Riche au moment de son mariage, elle perd toutes ses économies, utilisées par ses parents pour se renflouer et par son mari pour lancer son bar. Elle rêve de retrouver les premiers jours idylliques de sa rencontre avec Nick. Mais Amy ne m'est pas apparue comme étant particulièrement sympathique pour autant. Un peu trop pleurnicheuse. Quant à Nick, c'est un homme paumé : il n'a perdu son boulot à New York, a trainé sa femme dans sa ville natale pour accompagner la mort de sa mère, monté un bar avec sa sœur dans ce trou paumé où le climat économique est déprimant. Il fait l'effet d'un homme faible et perdu. Lui et sa femme ne s'entendent plus. Pourtant les premiers temps étaient radieux. Comment en sont-ils arrivés là, ne s'adressant presque plus la parole ?
C'est tordu et pervers. Peu être un peu trop pervers et prévisible. C'est le seul bémol que je trouve à ce roman. Car j'ai bien vite deviné ce qui se passait. Mais cela n'enlève rien au plaisir de découvrir la manipulation. Disons juste que cela atténue l'effet de surprise. Pour le reste tout est très bien orchestré, avec des rebondissements bien intégrés au moment où le rythme pourrait faiblir quelque peu, et on retrouve les thèmes déjà croisés dans Les lieux sombres avec la violence psychologique et des personnages sérieusement atteints, obsédés par leur image et la perception des autres. Les médias, les journalistes, les avocats, les concitoyens... tout le monde a son opinion qui peut être ravageuse.
En tout cas, en refermant ce roman, on en deviendrait paranoïaque !

3 commentaires :

Neph a dit…

Il faut dire que plus on en lit, plus on devine facilement. Mais ça ne gâche pas mon plaisir ! Je lirai sûrement ce titre.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Un peu prévisible ? tu avais donc deviné ?

Petite Fleur a dit…

@ Neph : oui, c'est le problème. Alors, je laisse parfois les polars de côté, pour pouvoir en savourer un plus facilement lorsque je le lis. Mais c'est vrai aussi que souvent, j'ai envie de lire plusieurs polars à la suite, créant un phénomène de saturation et ne donnant du coup peut être pas toutes ses chances à toutes les lectures...

@ Alex Mot-à-Mots : eh oui, assez vite :-)