ShareThis

23 octobre 2013

Un monde idéal où c'est la fin [J. Heska]

Peu après ma lecture du tout premier roman de l'auteur, J. Heska, on m'a proposé son recueil de nouvelles. Je ne pouvais pas ne pas tenter cette lecture. Me revoici donc avec Un monde idéal où c'est la fin.

L'histoire : Bienvenue dans un monde idéal !
Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?
Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte !
Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ?

Mon avis : Il faut que je vous dise d'entrée de jeu quelque chose. C'est que je ne suis pas une fan des nouvelles. Pour moi, c'est souvent synonyme de lecture frustrante car le lecteur à juste le temps de s'attacher aux personnages ou à l'histoire que tout est déjà fini. Connaissant le blog de l'auteur, j'ai tout de même tenté, car il ne propose souvent que des textes d'une 50aine de lignes, des petites saynètes (pour reprendre le terme juste utilisé par George, dont je plussoie l'avis de lire ces textes en les étalant dans le temps). Pas de quoi s'attacher, me suis-je dit. Eh bah, loupé !
Car oui, j'ai été frustrée que l'auteur ne développe pas plus son monde sur certaines de ces nouvelles. En quelques lignes à peine, il arrive à nous décrire un monde et des personnages dont on aimerait en savoir plus. Sur les thèmes qu'on sait maintenant lui être chers, comme la fin du monde, de l'humanité, les luttes pour un monde plus écologique ou moins dirigé par les considérations économiques, les robots. Le tout souvent transposé dans un univers futuriste, mais non dénué d'humour, parfois corrosif, parfois plus tendre. Souvent en tout cas plein de second degré. Et il y a de quoi tiré un bon film pour certains de ces saynètes.
Forcément, face à cette profusion de textes, il y a certains qui touchent plus que d'autres. Mais l'exercice est intéressant. J'ai tout de même une nette préférence pour les romans de l'auteur, alors j'attends le prochain avec impatience.

2 commentaires :

Loesha a dit…

Je l'ai récupéré cet été et honte à moi, je l'ai oublié dans ma PAL. Moi qui aime le style "nouvelles", je devrais donc adhérer ;)

Petite Fleur a dit…

@ Loesha : nouvelles super courtes pour le coup. Mais tente, et tu me diras. L'auteur vaut en tout cas le coup d'être découvert.