ShareThis

23 février 2014

Amok [Stefan Zweig]

Après Lettre d'une inconnue, je continue ma découverte des œuvres de Stefan Zweig.

L’histoire : L’amok, en Malaisie, est celui qui, pris de frénésie sanguinaire, court devant lui, détruisant hommes et choses, sans qu’on puisse rien faire pour le sauver. Le narrateur rencontre sur un paquebot un malheureux en proie à cette forme mystérieuse de démence. Mais la passion peut faire de l’homme dominateur et méprisant un être humilié et ridiculisé : c’est le thème de La ruelle au clair de lune.

Mon avis :  Si Amok et La ruelle au clair de lune sont rassemblées dans un recueil avec Lettre d’une inconnue, c’est que la thématique est commune à ces trois nouvelles, celle de l’amour fou, désespéré, qui amène au bord du gouffre. Je vous laisse vous reporter à ma lecture de Lettre d’une inconnue, que je n’ai pas relue, et je me concentre ici sur les deux autres nouvelles.

En ethnologie, Amok désigne un comportement meurtrier, toujours individuel, observé en de nombreux endroits du monde et théorisée à partir de sa forme institutionnalisée en Malaisie (dixit wikipedia). C’est un comportement exclusivement masculin. En cela, il pourrait s’appliquer aux deux nouvelles que j’ai lues. Ce mot est porté comme titre plus spécifiquement par la première puisque le narrateur se trouve sur un bateau qui quitte les Indes.

Construite sur le modèle assez classique chez Zweig, cette nouvelle est le récit d’un narrateur à la première personne (récit-cadre, se passant sur un bateau) qui reçoit le récit principal de la nouvelle par l’intermédiaire d’un autre personnage. Cet autre personnage est un médecin, littéralement rendu fou d’amour, à en mourir. Après une longue période d’isolement et de frustration, une femme blanche et hautaine vient faire une requête particulière à ce médecin. Celui-ci n’oppose pas de cas de conscience à la patiente, juste une requête visant à assoir sa supériorité. Il veut rabaisser la jeune femme. Celle-ci refusant, il va la poursuivre jusqu’à la fin que tout amok connaît. L’ambiance humide du bateau est très bien rendue, ainsi que celle plus oppressante de la moiteur de la forêt malaisienne.

La deuxième nouvelle, La ruelle au clair de lune, met en scène un avare assez riche, qui a épousé une pauvresse et est tombé amoureux d’elle, au point de chercher à se l’asservir par l’argent. Lorsqu’elle le quitte, il ne peut l’accepter. Pourtant, pour lui échapper, sa femme va jusqu’à se vendre elle-même. Là aussi, le narrateur reçoit le récit de cet avare.

Plus courte, moins contextualisée, cette nouvelle amène plus difficilement l’adhésion du lecteur. D’autant que la lire après Lettre d’une inconnue qui est si forte en émotion ne peut qu’être décevant à mon sens.

Par l’intermédiaire de cette technique du récit dans le récit qui lui est si commune, Zweig fait de ses narrateurs les principaux protagonistes. Ils racontent leur propre histoire, ne permettant ainsi pas au lecteur de mettre en doute leurs dires et le plongeant directement dans l’émotion. On ressent la fébrilité qui prend ces hommes, qui s’empare d’eux. Le lecteur est dans la même position que le narrateur-receveur, prenant directement les sentiments passionnés du protagoniste.

Une lecture sympathique mais que j'ai trouvé moins prenante que les autres récits de l'auteur.

Ce système d’enchâssement de récits m’a fait penser aux Mille et une nuits. Et du coup, devinez qui a sorti le tome 3 de ses étagères ? Eh oui, c’est bibi ! On se retrouve donc sûrement bientôt avec un billet sur Shéhérazade.

5 commentaires :

Sandrine a dit…

J'ai voulu lire Zweig il y a longtemps, et j'ai été déçue. Je n'y suis jamais revenue, peut-être que je ne suis pas faite pour lui ni lui pour moi, et je ressens toujours une certaine frustrtion à ne pas être en phase avec un auteur par ailleurs tant apprécié...

La chèvre grise a dit…

@ Sandrine : J'ai eu du mal avec ses "Très grandes heures de l'humanité" que je n'ai d'ailleurs pas fini. Il faut peut être essayer avec un autre titre.

Charline (lire-relire) a dit…

J'avais beaucoup aimé le joueur d'échecs du même auteur, il faut que je lise cette oeuvre :)

Alex Mot-à-Mots a dit…

Une lecture qui m'avait maqué quand j'étais ado.

La chèvre grise a dit…

@ Charline : j'ai commencé avec celui-ci justement. Et puis j'ai continué :-)

@ Alex Mot-à-Mots : j'aurais aimé le découvrir ado, ça doit être marquant effectivement à cet âge où on est si sensible.