ShareThis

09 mars 2014

Le petit lord Fauntleroy [Frances Hodgson Burnett]

L’auteur : Frances Hodgson Burnett est une romancière anglaise, née en novembre 1849 à Manchester et morte en octobre 1924. Elle est connue notamment pour ses romans de jeunesse, comme Princesse Sarah ou Le petit Lord Fauntleroy.

L’histoire : À la mort de son père, le petit Cédric quitte l’Amérique en compagnie de sa mère pour se rendre en Angleterre. Son grand-père, l’orgueilleux comte de Dorincourt, l’a fait appeler auprès de lui. Non par affection, mais pour que Cédric, son héritier, reçoive une éducation digne de sa nouvelle condition sociale.

Mon avis : Voici un classique de la littérature de jeunesse que je ne connaissais pas, sauf de nom, tout de même. L’auteur cependant m’était familière puisque j’ai simplement adoré étant enfant l’histoire de Princesse Sarah (ou Petite Princesse, selon les éditions). L’envie d’une lecture facile et légère m’a poussé à entamer ce titre.

Pour un adulte, l’histoire s’avère en fait assez convenu : un petit garçon débordant de gentillesse qui va amadouer son bourru de grand-père qui s’avère être comte. Les personnages présentés ont tous un rôle à jouer dans l’histoire, ce qui fait que le lecteur n’est pas surpris du rôle joué par la belle-sœur de Dick. Et puis on se doute que tout finira forcément bien.

C’est un récit bourré de bons sentiments. Il en déborde. J’avoue que ce gamin au bout d’un moment a fini par m’agacer. A n’avoir aucun défaut, aucune aspérité, j’ai fini par me le représenter comme une tête à claques. Profondément bon et beau, avouez que c’est très cliché.

En arrière-plan, ce sont les différences entre une Amérique résolument moderne et une Angleterre repliée sur ses traditions qui sont mises en avant. On effleure le sujet des classes sociales : le petit lord croisera bien la misère de certains, l’histoire prenant alors un petit côté Dickens avec des personnages qui essaient tant bien que mal de s’en sortir, mais grâce à son grand cœur Fauntleroy résout (un peu trop) facilement ce problème.

En tant qu’adulte, je suis donc un peu déçue par ce récit très manichéen. Mais je comprends que le jeune public puisse apprécier et je n’hésiterais pas à le conseiller à de jeunes lecteurs.

Ce roman entre dans le challenge Miyazaki de Fleur.

3 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

J'avais adoré la série télé, mais je n'ai jamais pu lire le roman. Trop agaçant.

Alison Mossharty a dit…

Ta chronique m’intéressait car j'avais adoré Le Jardin Secret de cette auteure même en étant agée je trouve ce roman très beau. J'hésite beaucoup entre La Petite Princesse et celui ci. Je crois qu'après lecture de ton avis, La Petite Princesse m'intéresserait plus ^^ Merci pour cet article très instructif.

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-Mots : je ne connaissais pas la série. Je note !

@ Alison Mossharty : J'étais une fan de Petite Princesse étant enfant !