ShareThis

02 mai 2014

Exposition : Il était une fois l'Orient Express


Tout amateur d’Agatha Christie connait l’Orient Express. C’est pour moi le symbole d’un temps révolu et d’un luxe pensé dans tous les détails pour les voyageurs. Je n’ai donc pas résisté à l’appel de l’exposition Il était une fois l’Orient Express proposée par la SNCF et l’Institut du Monde Arabe. 

Locomotive de l'Orient Express

Extérieur d'un wagon de l'Orient Express

L’exposition se déroule en deux étapes. La première, accessible depuis le parvis de l’IMA, propose de circuler dans les wagons qui y sont installés. Le visiteur passe alors par deux voitures-salons et une voiture-lits et croisent ainsi des grands noms qui sont associés à l’histoire de la ligne : Agatha Christie, Pierre Loti, James Bond, Mata Hari, Joséphine Baker… Un luxe raffiné accompagnait les voyageurs dans leur découverte de l’Orient.

Petite cuisine dans la voiture-restaurant et vaisselle avec le logo de la compagnie

Table de la voiture-restaurant

Tables prêtes pour le repas dans la voiture-restaurant de l'Orient Express

Couchette de la voiture-lits de l'Orient Express

Puis la suite de l’exposition se déroule à l’intérieur de l’IMA et recontextualise l’avènement de l’Orient Express. C’est en 1876 que Georges Nagelmackers, ingénieur et industriel belge qui a eu l’idée en voyageant dans les wagons de Pullman, créé la Compagnie Internationale des Wagons-Lits (CIWL). L’Express Orient, reliant Paris et Constantinople via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest est inauguré en 1883. C’est en 1891 que cette ligne est rebaptisée l’Orient Express.

Affiche de l'Orient Express

Affiche du Simplon Orient Express


Avec l’essor du tourisme dans le milieu du XIXe siècle, se développe les maisons de malletiers comme Louis Vuitton. Ce sont de véritables petits bijoux d’ingéniosité : mallettes de toilette où chaque objet à une place bien précise, armoires miniatures… elles sont plates pour pouvoir être facilement empilées dans un wagon spécialement dédié aux bagages.

Malles de voyage

Lors de la création de l’Orient Express, une vague d’orientalisme traverse l’Europe depuis quelques années. Cette ligne va permettre à une clientèle aisée de réaliser des voyages qui étaient avant trop risqués. Ces personnes vont pouvoir confronter leurs visions fantasmées à la réalité. Un voyage qui prenait plusieurs semaines ne prend plus que quelques jours. Pour être efficace, on développe les guides touristiques, dont le fameux Baedecker (dont il est question dans Avec vue sur l’Arno de E.M. Forster), et des auteurs célèbres participent à leur rédaction comme Théophile Gautier ou Pierre Loti.

Guides touristiques de Paris à Constantinople
La principale motivation de ces voyages reste la visite de sites antiques. L’agence Thomas Cook propose en 1880 les premiers circuits organisés. Si l’Égypte reste la destination phare, Agatha Christie suivra à de nombreuses reprises son mari archéologue en Syrie ou en Irak.

Affiche du film adapté du roman d'Agatha Christie Le crime de l'Orient Express

Le train est certainement le symbole ultime de la modernité pendant cette période de révolution industrielle. Rien de bien surprenant alors à ce que le sultan ottoman fasse tout son possible pour que l’Orient Express traverse son empire, ce qui sera chose faite en 1889 à Constantinople. Petit à petit, le réseau va être étendu vers le Moyen Orient : Irak, Syrie, Liban… Il faudra attendre jusque dans les années 1940 pour que certains tronçons soient achevés !

Lorsque le voyage en train de luxe connait un grand essor, la CIWL fait appel aux plus grands noms du luxe pour décorer les voitures : René Prou ou Lalique, notamment. Les usagers étant des habitués du luxe, la CIWL fonde en 1894 la Compagnie Internationale des Grands Hôtels pour proposer à ses clients des hôtels de qualité dans les villes qui n’en disposent pas encore. C’est la première chaîne internationale d’hôtels de luxe. Le Pera Palace est un des premiers établissements de la compagnie.

Panneau Lalique dans l'Orient Express

Travail de marqueterie dans l'Orient Express
Etiquettes de bagage du Pera Palace à Constantinople
L’essentiel des touristes se concentre en Turquie et en Égypte. De ce fait, les moyens de transport et d’hébergement sont moins développés dans le Moyen-Orient. Pour se rendre à Bagdad ou au Liban, il n’est pas rare de devoir emprunter des routes ou des réseaux annexes. Il faut être bien plus motivé !

Logo de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits


Ce que ne raconte pas l'exposition, c'est que la Seconde guerre Mondiale puis le nouveau découpage géopolitique de l’Europe font faire péricliter le mythique train : les infrastructures ont beaucoup souffert et les formalités douanières compliquent la circulation. Petit à petit, des tronçons sont arrêtés, des liaisons plus rapides, moins luxueuses mais plus modernes font leur apparition. Depuis, il y a régulièrement des tentatives pour relancer la ligne mais un petit coup d'oeil sur internet vous apprend que le prix est vraiment dément.


Informations utiles :

Du 4 avril au 31 août 2014
Du mardi au jeudi, de 10h à 18h, du samedi au dimanche de 10h à 19h, le vendredi en nocturne jusqu'à21h30

Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed-V 75005 Paris
Tel : 01 40 51 38 38

Tarif normal : 12.30€ pour l'exposition, 14.80€ pour l'exposition et le musée
Tarif réduit : 10.30€ /12.80€

Site du musée Institut du Monde Arabe ici

1 commentaires :

dasola a dit…

Bonsoir La chèvre grise, personnellement, j'ai beaucoup apprécié la visite (un peu courte dans les wagons). C'était agréable. Et j'ai terminé en prenant un thé à la menthe à la cafétéria au sous-sol. Bonne fin d'après-midi.