ShareThis

22 mai 2014

Last days of summer, de Jason Reitman

Film américain de Jason Reitman, sorti le 30 avril 2014, avec Kate Winslet, Josh Brolin et Gattlin Griffith.

L'histoire : Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux.

Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer...

Mon avis : J'ai hésité avant d'aller voir ce film tant l'histoire me semblait abracadabrantesque. Mais j'avais aimé le travail de Jason Reitman dans Juno et envie de retrouver Kate Winslet qui est un actrice que j'apprécie beaucoup.

Donc, cette histoire, oui, est bien abracadabrantesque. Forcément : Adèle et son fils Henry vont être obligés de cacher, le temps d'un long weekend, un fugitif. On pourrait penser à un syndrome de Stockholm mais, par flash-back, le drame de ces deux vies, celle d'Adèle et celle de Frank vont se dessiner. Et on comprend mieux que les deux se fassent du bien car ils se considèrent avant tout comme un homme et une femme.

En positionnant son récit dans les derniers jours d'un été torride, avant la rentrée des classes, le temps semble avoir suspendu son vol. Le travail de la lumière doit beaucoup à la création de cette ambiance. Quelques scènes sont peut être en trop, comme celle de la tarte aux pêches qui fera forcément penser à Ghost et sa scène de poterie. Mais dans l'ensemble, le tout est filmé avec justesse et délicatesse, pour souligner plus que montrer ces personnages cabossés, cette famille déchirée par un drame dont la mère n'a jamais pu se remettre.

Cela manque un peu de profondeur. Le film est beau, mais trop brillant, trop lisse, sans vrai relief. Franck, bien que condamné pour meurtre, n'est pas un vrai méchant, même s'il est un peu top facilement absout de son crime. Et bien sûr, le spectateur sait comment tout ceci ne peut que finir. Donc oui, le scénario est mince et les personnages se précipitent un peu trop facilement là où on les attend. Mais ces défauts sont rattrapés par la prestation de Kate Winslet, magistrale de force et de fragilité mêlées, faisant d'Adèle et d'Henry des êtres qu'un rien pourrait faire basculer.

Une romance dramatique en demie-teinte donc, mais parfaite pour un plan ciné en solo, comme je l'ai fait. Vous passerez un bon moment, sans prétention.

2 commentaires :

Ori a dit…

J'ai beaucoup aimé, même la scène de la tarte aux pêches mdr! Et j'ai trempé plusieurs kleenex, émotion!!

La chèvre grise a dit…

@ Ori : sur le coup, j'ai bien aimé moi aussi. Avec le recul, c'est surtout l'ambiance, parce qu'il y a quelques clichés et scènes trop faciles. Mais cela reste un joli film.