ShareThis

13 juin 2014

La campagne de France [Jean-Claude Lalumière]

L'auteur : Jean-Claude Lalumière, né en février 1970 à Bordeaux, est un romancier français.

L'histoire : Le train de la croissance est en panne ? Qu'à cela ne tienne, c'est en autocar que les jeunes Alexandre et Otto véhiculent leurs clients, un groupe de retraités indisciplinés, dans un voyage culturel à travers la France. Ultime tentative pour sauver leur agence de la faillite, l’entreprise est capitale, porteuse des plus grands espoirs mais aussi de l’éventualité du péril. Prudence donc sur la route : l'imprévu peut surgir à chaque virage.

Mon avis : On m’avait tant vanté les mérites de ce roman que, forcément, je n’ai pas été plus emballée que cela. Bon, je ne vais pas non plus l’assassiner, hein. Cela reste un bon moment de divertissement que je pourrais conseiller, notamment à tous ceux qui, dans leur entourage, connaissent des amateurs de voyages organisés. C’était juste moins loufoque que ce à quoi je m’attendais.

Alexandre et Otto sont à la limite de déposer le bilan de leur petite entreprise de voyages organisés Cultibus. Il faut dire qu’ils n’organisent que des voyages culturels de haut niveau, mêlant Histoire et littérature. Après s’être fait sonner les cloches par leur comptable, ils acceptent de monter une excursion Biarritz-Bergues, ville rendue célèbre par le film de Dany Boon Bienvenue chez les Chtis. Le voyage est tout de suite réservé par une amicale de retraités. Les deux organisateurs sont ravis et entendent bien, au passage, cultiver cette petite troupe en passant par la maison de François Mauriac ou encore Oradour-sur-Glane. Mais tout ne se déroulera pas comme prévu et ils devront employer des trésors d’imagination pour tenter de mener à bien ce périple.

Il y a de bonnes idées : le bus acheté d’occasion suite à la défaite de François Bayrou aux élections présidentielles de 2007, bus qui tourne au colza ; le montage d’une visite ludique d’Oradour-sur-Glane ; la chasse aux lapins sur une aire de repos… Mais j'ai trouvé que cela s’essoufflait par moment malheureusement.

L’auteur aime ses personnages, même s’il les malmène. Les retraités n’ont qu’un mot à la bouche à chaque arrêt : où sont les toilettes ? Ils ne pensent qu’à manger et parler de leur petite vie, de ce qui se faisait ou ne se faisait pas du temps de leur jeunesse. Bref, des lieux communs qui détruisent la vocation première du voyage : la culture. Chacun a son fichu caractère, et satisfaire tout le monde s’avère vite un vrai casse-tête. Le lecteur s’amusera bien de ces personnages, tant qu’il ne les croise pas pour de vrai ! Une critique du Français en voyage organisé qui n’est pas dénuée de tendresse pour autant. Voire un peu trop sur la fin, qui m'est apparue caricaturale et facile. Mais bon, ce récit n’est pas construit sur de la vraisemblance et c’est ce qui apporte la touche charme au roman.

Une lecture sympathique donc, et parfaite pour l'été, sans trop se prendre la tête.

3 commentaires :

Sandrine a dit…

Entre un voyage organisé et rester chez moi, je choisis forcément la seconde option. Une bonne idée de départ...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Un voyage organisé ? Pitié, non !

La chèvre grise a dit…

@ Sandrine et Alex Mot-à-Mots : pas besoin d'aimer les voyages organisés pour apprécier ce livre, au contraire je dirais !