ShareThis

05 juillet 2014

Les cerisiers fleurissent malgré tout [Keiko Ichiguchi]

L'auteur : Née en décembre 1966 à Osaka, Keiko Ichiguchi est une mangaka japonaise qui vit et travaille en Italie.

L'histoire : Une Japonaise, vivant en Italie, revient régulièrement au Japon et en profite pour rendre visite à son ancienne institutrice. Elle promet à la vieille dame de revenir la voir au printemps, lorsque les cerisiers seront en fleurs. Mais un tremblement de terre frappe le Japon, nous somme le 11 Mars 2011.

Mon avis : Ce manga, l'auteur l'avait pensé à l'origine comme un recueil de souvenirs d'enfance. Pendant la préparation est survenu le tsunami puis l'accident de Fukushima. Alors, forcément, Keiko Ichiguchi l'a intégré à son récit. Elle revient donc sur cet événement qui a ébranlé le Japon et, bien au-delà des frontières, le monde entier, rappelant les douloureux souvenirs de Tchernobyl. Pour se faire, elle s'inspire fortement de son vécu d'expatriée.

Le personnage d'Istuko est au cœur du récit. Petite fille fragilisée par une grave maladie, elle appréhende très tôt l'idée de la mort. Devenue jeune femme, mariée à un Italien, c'est de loin qu'elle vit l'événement dramatique qui frappe l'archipel nippon. Pas de représentation de la misère humaine qu'on soupçonne, juste des évocations pudiques. L'accent est mis sur la difficulté d'obtenir des informations fiables, mais à notre époque où beaucoup de choses circulent sur internet. On sent la jeune femme rongée par l'angoisse. A défaut d'informations, il reste la solidarité humaine, où les expatriés s'organisent et s'investissent comme ils peuvent pour porter secours à leurs proches dans la détresse.

Malgré tout, on se raccroche à la vie qui revient, toujours. Comme ces cerisiers que le Japon entier accoure contempler pendant quelques jours, ces cerisiers qui refleurissent toujours. L'espoir est là. Istuko s'attache à son projet de retourner une semaine dans sa famille et rendre visite à son ancienne institutrice à qui elle doit tant. Les japonais s'attachent à aller quotidiennement à leur travail. L'humain est au centre du récit, porteur du meilleur comme du pire. C'est par lui en la personne de l'autorité nippone, que les informations ne sont pas données pour éviter tout mouvement de panique. C'est aussi par lui que la solidarité prend corps.

Le récit est très pudique. Le dessin est fin et très (trop ?) classique. Une "patte" aurait peut être mieux servi le propos, l'aurait moins affadi. Il correspond bien à l'ambiance tout en retenue que nous retranscrit Keiko Ichiguchi, comme une déclaration d'amour à son pays, mais cela manque de relief je trouve. Du coup, je ne suis pas vraiment convaincue par ma lecture.

Les cerisiers fleurissent malgré tout, de Keiko Ichiguchi
Traduit par Claudia Migliaccio
Kana
Mars 2013

4 commentaires :

Cachou a dit…

Oh, dommage, j'aime bien cette auteur. Je tenterai peut-être quand même...

Ori a dit…

J'avais vraiment beaucoup aimé, malgré les nombreux kleenex utilisés à la lecture!

Gaby a dit…

J'avais été très touchée par ce livre car j'ai beaucoup suivi la catastrophe de Fukushima. Cela m'a fait remonter pas mal de souvenirs... Dans un autre genre, je te recommande 3 grammes, que j'ai lu récemment et qui ne m'a pas laissée indifférente. La dessinatrice découvre qu'elle a un cancer à seulement 26 ans. Très beau, et un style graphique bien personnel que j'ai apprécié

La chèvre grise a dit…

@ Cachou : il faudra que je réessaie. C'est une petite déception, pas non plus un rejet total :-)

@ Ori : le manque de personnalité du style fait que j'ai eu du mal à être impliquée, même si, forcément, je me suis rappelée ma vision du drame depuis ici.

@ Gaby : tout à fait, ça fait remonter des souvenirs. Et du coup, on se repose des questions un petit peu oubliées depuis quelques années : où en sont-ils ? et à Tchernobyl ? le sarcophage ? Et entendre ce matin (16/07) que des réacteurs pourraient être réouverts me fait froid dans le dos.