ShareThis

04 février 2015

Comment ma femme m'a rendu fou [Dimitri Verhulst]

L'auteur :Dimitri Verhulst est un écrivain et traducteur belge flamand. Il est notamment l'auteur de La merditude des choses, dont il fut tiré un film récompensé au festival de Cannes en 2009.

L'histoire : Par désespoir, pour asticoter son monde et surtout pour se venger de son épouse qu’il déteste, Désiré Cordier, petit bibliothécaire retraité de son état, décide de simuler la maladie d’Alzheimer. Bientôt il se prend au jeu et s’amuse des réactions désemparées de sa famille.

Il découvre là une liberté qu’il n’a jamais connue et un moyen sûr de s’éloigner de son entourage, et surtout de sa femme qui l’a toujours régenté. Il décide alors de se plonger dans les joies de la démence, la sénilité et l’incontinence… et finit par être interné dans une institution… 

La maison de retraite lui réserve quelques surprises, comme les retrouvailles avec son amour de jeunesse et la rencontre avec des pensionnaires aussi déjantés que lui.

Mon avis : Est-ce le titre et la quatrième de couverture qui m'ont fait espérer un roman un peu plus mordant et vachard ? Sont-ce les critiques très positives jusqu'ici qui m'ont fait trop en attendre ? En tout cas, je suis un peu désappointée car ce roman est au final assez sage, mais cela reste une lecture agréable.

Désiré est attachant quand il décrit le malin plaisir qu'il prend à se comporter en dehors des codes de la vie en société, ramenant un toaster à la place d'une tarte, prenant la poudre d'escampette sans payer son billet de train, se faire raccompagner par la police chez lui devant tous les voisins... Bien plus qu'exaspérer sa femme, Désiré cherche à avoir du temps pour lui, quitte à s'enfermer dans une maison de retraite médicalisée. En se faisant passer pour un patient atteint d'Alzheimer, il s'assure une fin de vie sans que personne n'attende plus rien de lui ni ne s'offusque de son comportement.

Mais, sur la fin du roman, Dimitri Verhulst met son roman sur la corde raide, entre comédie et tragédie. Car Désiré comprend que, s'il a beaucoup à reprocher sa femme, il peut aussi se sentir coupable : il n'a pas toujours été très à l'écoute lui-même de ses proches, trop préoccupé par sa propre personne. Son regard sur sa vie est dénué de toute complaisance.

Au-delà d'une simple comédie, un roman doux-amer sur la vieillesse et les sacrifices de ses ambitions.

Merci aux éditions Denoël.

Comment ma femme m'a rendu fou, de Dimitri Verhulst
Traduit par Danielle Losman
Denoël
Janvier 2015

2 commentaires :

Piplo a dit…

De mon côté le héros m'a énervé finalement. Surtout dans son attitude avec sa fille... La démence même feinte n'excuse pas tout!!

canel a dit…

De cet auteur, j'avais bien aimé 'La merditude des choses', tristement autobiographique. Tragique mais plein d'humour.