ShareThis

13 mars 2015

Exposition : Au temps de Klimt, la Sécession à Vienne


De Klimt, avant cette exposition, je ne connaissais que le fameux baiser, qui n'est d'ailleurs pas présenté ici. Alors, pour préparer ma sortie, je me suis un peu renseignée. J'avais essentiellement l'image d'un artiste qui travaille les formes géométriques et la dorure. Klimt est bien évidemment plus que cela.

Gustav Klimt est un peintre autrichien, né à Vienne en juillet 1862 et mort en février 1918. Il fait partie du mouvement Art nouveau et de la Sécession de Vienne, courant spécifique qui s'épanouit entre 1892 et 1906 et qui est plus géométrique que végétal, comme on peut le voir en France. Ce style se caractérise par :
  • des formes organiques et la représentation de thèmes comme les poissons, les oiseaux et la végétation,
  • des compositions florales stylisées,
  • une abondance de courbes,
  • une forte relation entre le texte et l'image,
  • une absence de perspective et donc de temps.
Le palais de la Sécession est construit spécifiquement comme manifeste architectural et salle d'exposition. Le magazine Ver Sacrum est le moyen d'expression du mouvement. Face à l'académisme viennois, il faut réformer l'art de l'époque pour le porter sur la scène internationale et se rapprocher des arts dit mineurs. Tout ce qui entoure l'artiste peut être prétexte à une œuvre d'art. C'est l’œuvre d'art totale.

Klimt est connu pour ses compositions à personnages, sujets allégoriques, figures, nus, portraits, paysages mais il est également dessinateur, décorateur, peintre de cartons de tapisseries, de mosaïques, céramiste ou lithographe. Bref, un joli touche-à-tout ! Son œuvre est riche de plus de 200 tableaux : peintures, fresques, croquis et autres objets d'art.

La profusion de détail et la richesse des décors et de la coloration sont sa marque de fabrique.Certains thèmes récurrents émergent comme la femme fragile et la femme fatale, avec les fameuses Judith et Salomé.

Judith et Holopherne - 1901 - Klimt
Judith 2 (Salomé) - 1909 - Klimt



















Refusant l'historicisme (courant artistique puisant ses sources et son inspiration dans le passé), il s'inspire pourtant largement de ce qu'il a pu y voir : l'estampe japonaise qu'on retrouve dans le format des deux tableaux évoqués ci-dessus, les mosaïques byzantines et leurs dorures,...

En 1900, Klimt reçoit la médaille d'or pour sa peinture monumentale La philosophie lors de l'exposition universelle de Paris. Mais la Vienne conservatrice ne sait pas pour autant apprécier son travail. L'érotisme déroutant et la représentation explicite du corps nu féminin sans précédent dans l'art occidental déchaînent des controverses.

La Philosophie - Klimt - reproduction de l'original détruit par les nazis en 1945
L’œuvre la plus magistrale présentée à cette exposition est certainement la copie de la frise Beethoven. Avec cette frise, le public découvre pour la première fois le recourt à la feuille d'or. Créée en 1901 pour la 14e exposition de la Sécession Viennoise, construite en sept panneaux, elle fait sensation. "L'ornementation à la feuille d'or renforce le caractère exotique des figures. Klimt transfert sur les murs les images suscitées dans son imagination par son expérience de l'écoute de la Neuvième Symphonie de Beethoven. L'aspiration au bonheur, les souffrances de la faible humanité et la représentation des forces hostiles en sont les thèmes dominants. La dernière section est dédiée aux arts qui nous conduisent dans le royaume idéal, le seul endroit où nous pouvons trouver la pure joie, le pur bonheur, le pur amour."

Les forces du Mal et les trois gorgones - Frise Beethoven - 1902 - Klimt


Le chevalier d'or - Frise Beethoven - 1902 - Klimt
Ce qui étonne dans cette frise, c'est aussi les grands vides entre deux scènes, qui laissent toute la place au spectateur pour imaginer.

D'autres artistes sont largement présentés dans cette exposition : Koloman Moser, Carl Moll, Heinrich Kühn... des noms à retenir pour approfondir la période et le mouvement.

Au final, bien plus que les œuvres originales de Klimt (La philosophie n'existe plus, la frise présentée est une copie (forcément)...), bien plus que les contemporains de l'artiste, c'est la découverte du mouvement de la Sécession que je retiens. Car au-delà de la peinture, c'est aussi l'époque de Freud, de Schopenhauer. Vienne est donc un carrefour culturel mondial : le monde des arts et des sciences y est en effervescence. Des écrivains comme Arthur Schnitzler sont d'ailleurs proches des Sécessionnistes.

Côté pratique, l'entrée de l'exposition est assez chère, il faut le dire. Un audioguide est proposé mais il se télescope avec les grands panneaux de présentation à l'entrée de chaque salle, qui sont assez bavards. Enfin, la circulation n'est pas très évidente, les salles étant un peu tarabiscotées.


Informations utiles :

Du 12 février au 21 juin 2015
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30, nocturnes les mercredis et vendredis jusqu'à 20h30

Pinacothèque
28 place de la Madeleine 75008 Paris
Tel : 01 42 68 02 01
info : accueil@pinacotheque.com
site : http://www.pinacotheque.com/


Tarif : 14€

4 commentaires :

Mariejuliet a dit…

J'aime beaucoup Klimt. Je loucahis donc sur l'expo.
Par contre j'ai souvent vu des retour négatif que les expos de la Pinacothèque entre taille et prix.
On verra si je fais un tour sur Paris.

La chèvre grise a dit…

@ MJ : La taille de l'expo, ici, ça va, franchement. Après, le prix est élevé. Mérité ? Je ne suis pas convaincue. Au final, il ne faut pas se faire avoir par le titre : ce n'est pas une expo sur Klimt, mais bien sur la Sécession.

maggie a dit…

J'espère que j'aurai le temps d'aller voir cette expo que j'avais repéré ! J'adore Klimt ! En plus, je pensais qu'il y avait que Klimt d'exposer. Ca me permettra de découvrir les autres peintres que tu cites. Merci de nous prévenir pour les audioguides ! J'ai tendance à les prendre mais je vois que ce n'est pas vraiment utiles pour cette expo !

La chèvre grise a dit…

@ maggie : en même temps, il est gratuit ici, donc tu peux le prendre et, comme moi, au bout d'un moment, décider de t'en passer. C'est plus compliqué s'il avait été payant, mais ça aurait fait sacrément cher pour une expo du coup !