ShareThis

06 mars 2015

La fractale des raviolis [Pierre Raufast]

L'auteur : Né à Marseille en 1973, Pierre Raufast, informaticien dans l'industrie, publie avec La fractale des raviolis son premier roman.

L'histoire : Il était une fois une épouse bien décidée à empoisonner son mari volage avec des raviolis. Mais, alors que s'approche l'instant fatal, un souvenir interrompt le cours de l'action. Une nouvelle intrigue commence aussitôt et il en sera ainsi tout au long de ces récits gigognes. Tout ébaubi de voir tant de pays, on découvre les aventures extraordinaires d'un jeune garçon solitaire qui, parce qu'il voyait les infrarouges, fut recruté par le gouvernement ; les inventions stratégiques d'un gardien de moutons capable de gagner la guerre d'Irak ; les canailleries d'un détrousseur pendant l'épidémie de peste à Marseille en 1720 ou encore la méthode mise au point par un adolescent sociopathe pour exterminer le fléau des rats-taupes.

Mon avis : Le titre, fort bien porté d’ailleurs, intrigue forcément. Et les avis positifs de la blogosphère m’ont suffisamment titillée pour que je ne résiste pas à cette lecture qui aurait pu pourtant ne pas me plaire. Car ici, beaucoup du charme de ce roman repose sur le concept de l’enchâssement des histoires, comme dans Cloud Atlas de David Mitchell ou Les mille et une nuits. Un roman à tiroirs donc, qui tient le lecteur en haleine : Quelle est le fin mot de l’histoire, des histoires ? Et comme l’auteur pourra-t-il retomber sur ses pattes ?

N’étant pas fan de nouvelles, j’aurais pu vite être lassée. L’exercice est suffisamment long pour mériter le terme de roman et suffisamment court en même temps pour ne pas s’essouffler. Et Pierre Raufast a un don certain pour conter. Sans jamais perdre le lecteur, il l’emmène dans les méandres de sa narration, chaque histoire ayant sa propre unité et pourtant bel et bien reliée à la précédente et à la suivante. C’est très ingénieux et mené de main de maître. On sent un regard sur le monde et la capacité à capter un détail accrocheur pour construire autour toute une histoire faite de personnages originaux.

On passera sur quelques facilités comme cette fin un peu trop convenue et attendue à mon goût et des questions restées sans réponse (quid du fameux rubis ?). Mais je n’ai pas boudé mon plaisir, loin de là et l’auteur a su me distraire de la plus agréable des manières. Reste à voir comment il pourra à nouveau me surprendre dans un prochain roman…

Je ne vous en dis pas plus, si ce n’est qu’il faut le lire et qu’à la fin, vous ne regarderez plus un plat de raviolis du même œil !

La fractale des raviolis, de Pierre Raufast
Alma éditeur
Juin 2014

6 commentaires :

faelys a dit…

bon alors, ce titre m'a clairement rebutée. même si j'ai été intriguée de le retrouver sur plusieurs tables "coups de cœur" dans diverses librairies. devrais-je passer outre cette couverture et plonger dedans? ton billet me fait hésiter..

keisha a dit…

Cartographie des nuages est dans ma LAL, il remonte!!!
Oui, le rubis. Il parait qu'on le saura dans un prochain volume!

Sandrine a dit…

Un roman qui a su tirer son aiguille de la botte de foin qu'est la rentrée littéraire...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Le fameux plat de raviolis final.....

Philisine Cave a dit…

C'est un roman vraiment plaisant et intelligent.Il mérite d'être lu. Bises

La chèvre grise a dit…

@ faelys : il faut tenter. J'ai hésité aussi, mais maintenant je ne regrette pas.

@ keisha : aah, je ne savais pas qu'un autre était en préparation ! À voir comment l'auteur va se renouveler.

@ Sandrine : clairement ! Ça aurait été dommage de l'y perdre.

@ Alex : oui, ça marque hein ? ;)

@ Philisine Cave : Tout à fait.