ShareThis

22 avril 2015

Les déferlantes [Claudie Gallay]

L'auteur : Née en 1961, Claudie Gallay est une institutrice et écrivain française. Les déferlantes a reçu de nombreux prix.

L'histoire : La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête.

Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

Mon avis : Ce roman, j'en ai beaucoup entendu parlé au moment de sa sortie. Les critiques positives fleurissaient et encourageaient à sa lecture. Pourtant, sans vraiment savoir de quoi il était question, je n'étais pas tentée. Je n'ai d'ailleurs pas vu non plus le film qui en a été tiré. Et puis, il y a quelques mois, en flânant dans la bibliothèque de ma belle-mère, je suis tombée sur ce gros pavé de plus de 500 pages et je lui ai fait subir le test de la page 99, l'ouvrant et commençant ma lecture directement à cette page. Je me suis retrouvée à avoir lu une petite dizaine de pages sans m'en rendre compte. Alors, j'ai demandé à l'emprunter et je l'ai lu.

La force de ce roman, bien avant l'histoire, c'est la narration. Dès les premiers mots, le vent de la mer fouette le visage du lecteur, la pluie ruisselle, les bateaux tanguent et une odeur iodée règne dans l'air. Les descriptions de Claudie Gallay sont magistrales.

La narratrice, dont on ne saura jamais le nom, se retrouve dans un petit village marin à la pointe de La Hague pour panser ses blessures intimes, dans ce décor sauvage et hostile, où la météo est à l'aune de ses sentiments. Il pleut tout le temps. Elle a quitté une place de professeur d'université à Avignon pour venir se terrer et compter les oiseaux pour le Centre ornithologique de Caen. Elle n'a guère envie de vivre, préférant regarder les autres. Se sont donc les vies des autres protagonistes qui la pousseront petit à petit à retrouver le goût d'être et de ressentir. Jusqu'à l'arrivée de Lambert, un homme qui surgit du passé et va réveiller les habitants et les sortir de leur silence. Entre ces deux errants, un lien indescriptible va se tisser.

Le sujet, raconté comme ça, pourrait annoncer du morose voire du sinistre. Pas du tout. C'est au contraire plein de sensations et donc de vie. Par petites touches, les non-dits sont révélés, le voile se déchire et laisse place à des êtres à nu. Le lecteur, suivant pas à pas les révélations par les yeux de la narratrice, va découvrir au fur et à mesure des pages le pourquoi des comportements bizarres, la vie d'une petite ville du bord de mer rythmée par les marées. Les personnages se livrent doucement : c'est qu'ils sont rugueux et pudiques, peu aptes à se raconter.

Il faut accepter de prendre le temps, de se laisser porter et envoûter par la plume de Claudie Gallay pour apprécier pleinement cette lecture. Mais si vous le faites, vous serez marqué positivement par ce roman qui souffle un vent frais et remarquable.

Les déferlantes, de Claudie Gallay
Editions du Rouergue
Mars 2008

7 commentaires :

Miss Alfie a dit…

Ma mère me l'a prêté (pour une fois que c'est dans ce sens, ça se souligne !)... Reste à m'y plonger !

Nane a dit…

Lu il y a plusieurs années maintenant, il me trotte toujours en tête. Je crois que je vais me replonger dedans...

Clarabel a dit…

J'ai vu dernièrement le film, mais je n'ai pas trop aimé.
Par contre j'ai envie de relire ce livre ! ♥

Alex Mot-à-Mots a dit…

Qu'est-ce que j'ai aimé cette lecture.....

Stellade à la page a dit…

Comme Alex Mot-à-Mots, j'ai beaucoup aimé ce roman, l'ambiance maritime décrite par l'auteure m'a transporté...

Hélène a dit…

Je trouve que l'auteur rend très bien l'atmosphère de la Hague. J'avais beaucoup aimé !

La chèvre grise a dit…

@ Miss Alfie : une jolie découverte t'attends alors.

@ Nane : ça ne m'étonne pas que tu aies aimé, tiens ;)

@ Clarabel : pour le coup, je ne compte pas voir le film. Je préfère rester avec les impressions du livre.

@ Alex Mot-à-Mots : j'ai cru lire ça, oui. Une vraie plume qui envoûte.

@ Stellade : oui, une vraie plume, pour le cadre et pour les sentiments, sans tout dire pourtant.

@ Hélène : Tout à fait.