ShareThis

28 juillet 2015

Les minions, de Pierre Coffin et Kyle Balda

Film d'animation américain de Pierre Coffin et Kyle Balda, sorti le 8 juillet 2015.

L'histoire : À l'origine de simples organismes monocellulaires de couleur jaune, les Minions ont évolué au cours des âges au service de maîtres plus abjectes les uns que les autres. Les disparitions répétitives de ceux-ci, des tyrannosaures à Napoléon, ont plongé les Minions dans une profonde dépression. Mais l'un d'eux, prénommé Kevin, a une idée. Flanqué de Stuart, l'adolescent rebelle et de l'adorable petit Bob, Kevin part à la recherche d'un nouveau patron malfaisant pour guider les siens. Nos trois Minions se lancent dans un palpitant voyage qui va les conduire à leur nouveau maître : Scarlet Overkill, la première superméchante de l'histoire. De l'Antarctique au New York des années 60, nos trois compères arrivent finalement à Londres, où ils vont devoir faire face à la plus terrible menace de leur existence : l'annihilation de leur espèce.

Mon avis : Les minions, vous savez, ce sont ces petites créatures jaunes un peu beaucoup bêtes qui tiennent compagnie à Gru, le méchant de Moi, moche et méchant. Je ne sais pas pourquoi, leur bouille m'attendrit. Et comme avec la chaleur j'ai eu envie de rechercher un peu de fraîcheur dans une salle obscure (ça semble être le leitmotiv de cet été), j'ai tenté ce film.

Les personnages donc, sont déjà connus du grand public. À grand coup de marketing, Hollywood s'est assuré qu'ils nous soient familiers, nous inondant sous les produits dérivés. Un peu trop sûrement pour certains. Ils sont donc jaunes, petits, portent des salopettes, ont un ou deux yeux, babillent plus qu'ils ne parlent, adorent les bananes et cherchent à servir un méchant. Sauf que, terriblement gaffeurs, ils sont souvent à l'origine de la disparition de leur maître.

J'avoue avoir surtout rigolé au début du film, depuis le générique Universal à la présentation successive des Méchants que ces petits larbins ont servi : le T-Rex, le premier homme, Dracula, Napoléon qui finit par les exiler... Le trio Kevin, Stuart et l'attendrissant Bob vont partir en expédition pour trouver un nouveau méchant. À partir de là, il s'agit d'une succession de gags, certains faisant mouche, d'autres moins. Il y a pas mal de références, de James Bond aux Beatles, dans ce Londres des sixties. C'est bien mené et ça tient la route, le tout sans grande surprise cependant.

Pas le meilleur film d'animation vu récemment, mais une réalisation sympathique et pas si mauvaise qu'on aurait pu le craindre. On rit et on sourit souvent, que demandez de plus.

Bob tentant d'amadouer un recruteur en lui montrant ses qualités de méchant

2 commentaires :

Aelys a dit…

J'y suis allée confiante - en véritable amoureuse des minions - mais néanmoins un peu inquiète quant au scénario, dont j'avais entendu dire qu'il était vraiment faiblard. Au final, j'ai passé un excellent moment. Comme tu le dis justement, on sourit, on rit beaucoup. Que demander de plus ? Pour ma part, j'ai beaucoup aimé les références et la caricature de l'Angleterre, amusante, jamais méchante. Et puis, je suis encore plus fan des minions ;)

dasola a dit…

Bonjour La chèvre grise, personnellement, j'ai été plutôt déçue par ce film qui ne m'a pas fait rire sauf au début. Et j'ai trouvé que la méchante n'était pas très réussie. Bonne fin d'après-midi.