ShareThis

02 novembre 2015

La clef sous la porte [Pascale Gautier]

L'auteur : Pascale Gautier est une auteur française, directrice littéraire aux éditions Buchet Chastel. La clef sous la porte est son dernier roman paru.

L'histoire : José, retraité solitaire et endurci, vit devant la télé. Ferdinand, dont la vie sonne aussi mal au bureau que dans son univers familial, subit une femme volage et une fille ado, véritable tête à claques qui le déteste. Auguste, la cinquantaine, est pris en tenaille entre une mère tyrannique et un père plutôt faible. Et Agnès, la quarantaine, toujours amoureuse d'hommes mariés, doit se rendre au chevet de sa mère qui agonise. Ses trois frères, des fardeaux qu'elle redoute, la supplient de venir à l'hôpital...

Mon avis : L'auteur, Pascale Gautier, je l'ai découverte il y a très peu avec son roman Mercredi, que je n'avais pas tellement apprécié, tendant trop vers l'absurde à mon goût. Avec son dernier roman, dont j'entendais déjà dire du bien, j'espérais changer mon jugement, c'est pourquoi j'ai participé à la Masse critique Babelio pour le découvrir.

Ferdinand se morfond devant la télé, coincé entre une fille adolescente rebelle et une femme qui s’en fout ; José est tout seul et se morfond chez lui, s’obligeant à sortir une fois par jour parce que le médecin lui a ordonné ; Auguste se morfond devant ses parents, qu’il est le seul à visiter car célibataire alors il n’a que ça à faire ; Agnès, célibataire également, se morfond dans son appartement loué. Elle ne supporte plus les voisins, elle ne supporte plus sa mère qui agonise une nouvelle fois, elle ne supporte plus ses frères, elle ne supporte plus personne. Les quatre personnages que nous suivons sont aigris, râleurs et même pas drôles. Rien ne trouve grâce à leurs yeux. Ils sont en pleine crise de la cinquantaine, coincés dans un quotidien qui les fait vomir et dont ils sont pourtant les seuls artisans. Ils étouffent, dans leur relation à la famille et aux autres. Et moi aussi à les entendre.

Alors on pourrait dire que le sentiment d’étouffement est bien rendu puisqu’à la lecture je l’ai senti moi aussi. Sauf que, ce n’est absolument pas le genre de lecture que j’apprécie. J’ai une furieuse envie de leur mettre mon pied où je pense et de leur dire de se bouger les fesses pour changer ce qui ne leur va pas plutôt que de se morfondre sempiternellement et de plomber tous ceux qui gravitent autour d’eux, lecteur compris ! Qu’Agnès, Ferdinand, José et Auguste arrêtent d’être spectateurs et deviennent acteurs, nom de Zeus !

La quatrième de couverture promettait une lecture touchante et caustique. Je n’ai rien vu de tel.

La clef sous la porte, de Pascale Gautier
Editions Joelle Losfeld
Septembre 2015

6 commentaires :

Sandrine a dit…

Si les personnages sont à ce point énervants, c'est qu'ils sont quand même réussis ;-)

La chèvre grise a dit…

@ Sandrine : à voir les avis globalement positifs, je pense que ce roman peut plaire. Il n'était juste pas pour moi.

Lelf a dit…

J'ai toujours une grande culpabilité à lire ce genre de conclusion sur "on a envie de leur dire de se foutre un coup de pied au cul". Parce que la façon dont tu vois ces personnages, c'est la façon dont beaucoup me voient. Ben vi : une meuf qui se morfond dans son quotidien alors qu'elle s'y est mise toute seule, hé. Change si ça te va pas au lieu de te morfondre, pfff, franchement. ^^
Bref, tout ça pour dire que du coup j'ai une empathie spéciale pour ce genre de personnage a priori détestable, parce que je sais à quel point c'est dur de sortir d'une inertie négative. Et du coup ça m'intrigue ^^
J'attends de sortir de la panne de lecture officiellement pour tenter "Mercredi", déjà :)

La chèvre grise a dit…

En fait, ce qui me gêne, c'est de faire un roman avec que des personnages comme ça. Je comprends tout à fait le questionnement et le cheminement pour un. Mais tous... J'ai plus de mal à voir l'intérêt du roman. J'avoue aussi que, tout à fait personnellement, ce qui m'attire dans un roman ce n'est clairement pas le quotidien tel que je peux le vivre moi. J'ai envie de voir autre chose ou d'avoir une vision différente. Peut être justement que c'est trop proche de moi du coup ?!

Et les personnages ne sont pas détestables. Agnès typiquement, est certainement celle que j'ai le plus appréciée, elle cogne sur les murs pour emmerder ses voisins qui l'emmerdent :)

latetedansleslivres a dit…

Bon, d'après ce que tu en dis, je ne suis pas sûre que ça me plairait...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Décidément, ce qu'écrit cet auteur ne te plait pas.