ShareThis

20 janvier 2016

Le voyage d'Arlo, de Peter Sohn

Film d'animation américain de Peter Sohn, sorti le 25 novembre 2015, avec les voix de Jean-Baptiste Charles, Olivia Bonamy et Xavier Fagnon. 

L'histoire : Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l'extinction des dinosaures n'avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s'étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ?
Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

Mon avis : Entre Noël et Jour de l'An, ma moitié travaillant, je suis allée voir seule Le voyage d'Arlo. Est-ce le changement en cours de projet du réalisateur qui a ainsi pénalisé ce film ? Je ne sais pas. Toujours est-il qu'on est loin ici de ce que Pixar sait faire de mieux et des sommets que la compagnie a pu atteindre avec Là-haut.

Cela commence d'entrée de jeu par un dessin abominablement grossier des apatosaures. Qui n'aide guère à l'empathie. Seul Arlo lui-même rattrape le gachis par une grande expressivité, notamment au niveau des yeux. Les T-Rex eux aussi sont mal dessinés, ce qui fait qu'aucun dinosaure de tire son épingle du jeu. Dommage pour un film les mettant en scène. La beauté des paysages est par contre impressionnante, mais cela créé un fort déséquilibre dans le travail de l'image.

L'histoire elle est certes mignonne et le mais trop convenue. On sourira facilement, on regardera tout cela gentiment, sans ennui mais sans surprise malheureusement. Je n'ai pas retrouvé la magie, l'ingéniosité des réalisations précédentes de Pixar. Le voyage d'Arlo est d'un conformisme décevant tant on attend beaucoup beaucoup beaucoup plus du studio. L'alchimie entre Arlo et Spot peine à prendre et le propos, mettant en parallèle l'animal et l'humain, bien trop cousu de fil blanc. Les personnages secondaires, à commencer par la famille d'Arlo, sont totalement creux et juste là pour la décoration. La seule réussite est au final celle de Spot, le plus attachant dans son rôle d'animal de compagnie. Le tout se conclut par contre bien trop vite, comme si les scénaristes ne savaient comment se débarrasser de leur histoire.

Bref, allez-y si vous avez un peu de temps à perdre. Sinon, cela ne vaut guère la peine de se déplacer.