ShareThis

09 mai 2016

Surtensions [Olivier Norek]

L'auteur : Né en 1975, Olivier Norek est auteur et lieutenant de police (en disponibilité) au SDPJ 93. Surtensions est son troisième roman, qui s'inscrit dans la série des aventures du capitaine Coste.

L'histoire : Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu'on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels - un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur - se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?

Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance...

Mon avis : J'avais croisé sur la blogosphère et dans les librairies les deux premiers épisodes des aventures du capitaine Coste, sans avoir jamais sauté le pas. C'est grâce au partenariat proposé par Michel Lafon sur Livraddict que j'ai pu découvrir cette fine équipe du Groupe Crime 1 au SDPJ93 avec ce troisième opus. Et autant vous dire tout de suite que j'ai passé un excellent moment.

Pas de super-flic à la  super intuition, ou qui sait tout avant même que ça n'arrive. Pas de flic charmeur qui fait tourner toutes les têtes, pas de flic complètement paumé, alcolo ou drogué. Mais un capitaine qu'on sent terriblement fatigué. On le découvre ici dans un moment de doute. Autour de lui, son équipe, soudée, fait front et le soutient. Chacun de ses membres est décrit sans qu'on ne focalise trop dessus, avec ce qu'il faut de justesse pour que le lecteur s'attache quand même. Tous sont crédibles. Le capitaine Coste, lui, en plus, s'approche dangereusement du point de rupture.

En parallèle, l'enquête est vraiment bien construite. Chaque élément apparaît d'abord séparément avant de se retrouver pour dévoiler l'ensemble du puzzle. Je n'en dis pas plus, à vous de découvrir. Au passage, le lecteur pousse les portes d'une prison et en découvre le fonctionnement, mais aussi les limites du système (j'ai découvert au passage les effets Pygmalion et Lucifer) avec une surpopulation évidente et des matons désabusés. Des touches d'humour ici et là contribuent à alléger un peu l'ambiance qui pourrait sinon être très sombre.

Olivier Norek utilise habilement les codes classiques du genre tout en évitant tous les clichés. Il y a un côté très cinématographique dans son écriture, sans les défauts habituels de ce type d'exercice. Le décor est bien implanté géographiquement, on s'y croirait vraiment. L'auteur sait tenir en haleine le lecteur et les pages se dévorent. Rien de délirant ou de totalement original, mais un roman totalement maîtrisé et bigrement efficace, comme je les aime. Je n'ai plus qu'à aller lire les deux premiers maintenant !

Pour finir, n'hésitez pas à aller voir l'interview de l'auteur par les déblogueurs.

Surtensions, d'Olivier Norek
Michel Lafon
Mars 2016

4 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

J'ai préféré les deux premiers. J'ai trouvé que dans celui-ci, l'auteur était un peu loin de son personnage principal.

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots : n''ayant pas lu les deux premiers, je ne peux pas faire de comparaison. Mais j'ai bien aimé ici justement qu'il n'y ait pas de mise en avant du capitaine par rapport au reste de son équipe.

dasola a dit…

Bonjour La chèvre grise, les deux premiers romans sont en effet très bien. Pas encore lu celui-ci mais j'y pense. Par ailleurs, M. Norek est quelqu'un de sympathique. Bonne journée.

La chèvre grise a dit…

@ Dasola : j'espère le croiser bientôt à un festival. On verra bien :)