ShareThis

24 juin 2016

Les poilus frisent le burn-out, tome 1 [Guillaume Bouzard]

L'auteur : Né en mars 1968 à Paris, Guillaume Bouzard est un auteur de bandes dessinées français.

L'histoire : Tous les poilus vous le diront : la guerre de 14-18 n'a pas été une partie de plaisir... se lever tous les matins pour aller embrocher du boche n'est pas donné à tout le monde et c'est souvent la mort dans l'âme que nombre de soldats commencent leur journée dans les tranchées.

Partager l'intimité de ces hommes, c'est un peu les aider dans leur combat journalier... c'est être aussi un peu poilu à votre tour, c'est marcher dans la boue, faire ses besoins dans les feuillées, manger du rat cuit ou découvrir le trésor des templiers. On ne s'ennuie jamais dans les tranchées... entrez et venez, vous aussi, découvrir ce monde dur, certes, mais tellement grisant.

Mon avis : Je ne connais pas autrement que de nom le magazine Fluide glacial. Des fois, je me dis que je devrais tenter mais en regardant les couvertures je recule à chaque fois : tout ça ne me semble pas d'une grande finesse. Bref, ici, c'est surtout l'idée d'une bande dessinée humoristique sur la Première guerre mondiale, ainsi que le dessin de la couverture qui m'ont attirée.

Pour le dessin, autant dire tout de suite que j'ai été déçue par les planches intérieures, au dessin beaucoup plus grossier, là où la couverture laissait supposer un peu plus de finesse. Ici, difficile de distinguer les différents personnages. Tous barbus ou moustachus, forcément dans les tranchées ce n'est pas facile de s'apprêter, c'est surtout le nez qui pourra vous aider à les différencier.

Planche Les poilus frisent le burn out
L'humour, vous pouvez le voir dans cette planche, n'est pas forcément des plus fins. C'est graveleux. D'autres fois, l'auteur fait preuve de tendresse, quand le blond Pierre, décrié au pays, trop sensible et lucide, devient le confident, seul survivant d'une guerre qui efface les différences si criantes en tant de paix. Pierre devient le fil narratif de cet album qui, entre gravité et graveleux, peine à trouver son style. Il est pourtant guère charismatique et cela n'encourage pas le lecteur à s'attacher.

En cette période de commémoration de Verdun, la critique de l'état major et la lumière faite sur les conditions de survie difficiles de ces poilus font cependant mouche. Peut être les seuls éléments qui aient réussi à me séduire ici. En dehors de quelques rares répliques par-ci par-là, je n'ai pas vraiment compris l'intérêt de l'album, trop convenu au final. À croire que Bouzard n'a pas osé "pousser le bouchon" aussi loin qu'il aurait fallu.

Merci tout de même à Babelio et Fluide Glacial pour ce partenariat.

Les poilus tome 1 : frisent le burn-out, de Guillaume Bouzard
Fluide Glacial
Février 2016

1 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Je connaissais Les Godillots en BD. Je vais aller lire celle-ci.