ShareThis

26 août 2016

L'adoption, tome 1 : Qinaya [Zidrou et Arno Monin]

Les auteurs : Après le gros coup de cœur qu'a été Lydie, je me suis davantage penchée sur les réalisations de Zidrou. On le retrouve ici au scénario, en association avec Arno Monin pour les dessins.

L'histoire : Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.

Mon avis : Comme je m'y attendais, c'est un nouvel album très touchant que nous livre ici Zidrou et Monin. La première chose qui frappe, c'est le trait et les couleurs : les teintes sont douces et riches, le dessin tout en rondeur servent merveilleusement le propos de l'apprivoisement.

Car pour une fois, c'est le point de vue du grand-père sur l'adoption qu'on nous propose. Qinaya est assez en retrait, ne parlant pratiquement pas, mais tout passe par ses grands yeux et son visage très expressif. Les silences et les regards sont riches en échange avec papy Gabriel, ce vieux bourru qui, assez rétif à accueillir cette étrangère dans la cellule familiale, va se laisser totalement conquérir par les charmes de l'enfant. À la fois réflexion sur l'adoption donc, mais aussi sur la vie du troisième âge, les liens entre les générations et l'acceptation de la différence, cet album finit sur un retournement qui nous laisse pantois et en attente du deuxième volet de ce diptyque. Vite, vite !

Planche de L'adoption, tome 1 : Qinaya, de Zidrou et Monin (clic pour voir en plus grand)


L'histoire est touchante, forcément vu le sujet abordé, mais Zidrou arrive aussi à faire preuve de beaucoup d'humour, sans éviter pour autant de dénoncer sévèrement quelques idées préconçues. La bande des Gégés fait forcément penser aux Vieux fourneaux de Lupano et Cauuet. Les personnages, après un premier abord caricatural, sont beaucoup plus complexes qu'il n'y paraît. Loin de la perfection, ils se construisent petit à petit, gagnent en profondeur, imparfaits donc très réalistes. Une tendresse entre chacun se dessine de case en case et emporte totalement le lecteur dans la magie de cet album.

Une vraie réussite.
L'adoption, tome 1 : Qianaya, de Zidrou et Arno Monin
Éditions Grand Angle
Mai 2016

3 commentaires :

Faelys a dit…

tu as raison, ça rayonne de tendresse, les œuvres de Zidrou !

La chèvre grise a dit…

@ Faelys : c'est la deuxième pour moi et c'est toujours un vrai plaisir.

Un point c'est tout a dit…

Awh, j'ai adoré cette bande dessinée ! J'attends d'ailleurs avec impatience la suite, c'est tellement touchant :)