ShareThis

21 septembre 2016

Dernier train pour Busan, de Sang-Ho Yeon

Film sud-coréen de Sang-Ho Yeon, sorti le 17 août 2016, avec Gong Yoo, Kim Soo-Ahn et Yu-mi Jeong.

L'histoire : Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l'état d'urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu'à Busan, l'unique ville où ils seront en sécurité...

Mon avis : Première chose qui surprend dans ce film coréen, c'est la sonorité de la langue. À force de voir des films japonais en VOST, on finit, à défaut de comprendre, par reconnaitre la sonorité de la langue, sa musicalité. Ici, quelques éléments semblent correspondre, comme les intonations, mais on n'est clairement perturbé par les distinctions. Mais trêve d'anecdote... passons au film lui-même.

Il s'agit ici autant d'une comédie que d'un film d'horreur. Un film de zombies ne peut pas vraiment se prendre au sérieux, au risque de tomber dans le too much et le grotesque. Ici, les zombies sud-coréens sont rapides, très rapides, ce qui provoque l'amusement plus d'une fois d'ailleurs. Ils sont le contraire de leurs homologues américains qui se trainent bras en avant avec le QI d'une mouche. Et quand l'un d'eux se retrouve embarqué dans l'équivalent de notre TGV, ça fait forcément des dégâts. Les voyageurs sauront-ils s'unir pour faire face à la menace qui cavale les yeux vitreux pour les dévorer ?

Nos zombies, en route pour Busan, sont prétexte à une bonne critique de la société ultra-productiviste asiatique qui nie l'individu. Du coup, quand les membres de cette société sont confrontés à une situation inédite et où les codes ne sont pas écrits, les individualités se révèlent, parfois pour le pire d'autre fois pour le meilleur. Ce qui fait que le scénario n'est pas tendre avec les différents personnages. Et il n'y a pas beaucoup d'espoir à la fin. Mais les personnages sont habilement dessinés et se complètent bien, le vrai héros n'étant pas toujours celui qu'on suivra le plus. Et bien sûr, la solution passe forcément par une solidarité. C'est classique, me direz-vous, mais c'est ici assez dépaysant et bien fichu pour fonctionner à plein. Même si, bien évidemment, on ne comprend pas forcément toutes les références sociétales.

L'exploitation du train dans toutes sa longueur et ses spécificités fait forcément penser à un Transperceneige compatriote. L'angoisse monte au fur et à mesure que la petite troupe progresse de wagon en wagon, sans aucun répit.

Pas d'une originalité folle donc, mais un film tout à fait honorable : intelligent, drôle et effrayant.  À voir.

3 commentaires :

Folavril a dit…

Il m'a bien angoissée ce film ! J'ai beaucoup aimé.

c'era una volta a dit…

J'ai beaucoup aimé. Surtout qu'il ne se termine pas "à l'américaine"...
Pas grotesque du tout en tout cas, un bon zombie movie avec des personnages intéressants, une montée en puissance, de la réflexion, de l'émotion et un peu de peur :p

Bien bien bien

dasola a dit…

Bonjour La chèvre grise, je suis encore plus enthousiaste que toi à propos de ce film bien fait au rythme haletant et sans de happy-end (à l'américaine). Bonne journée.