ShareThis

28 octobre 2016

Aya de Yopougon [Marguerite Abouet & Clément Oubrerie]


Plus de deux ans après ma découverte d'Aya de Yopougon, je retrouve enfin ces albums pour terminer l'histoire.

L'histoire : En Côte d'Ivoire, dans les années 1970, l'époque est insouciante. L'auteure raconte à travers l'adolescence d'Aya l'école obligatoire, le travail facile, les hôpitaux bien équipés, l'absence totale de définition ethnique, dans une Afrique sans guerre et sans famine.

Mon avis : Contrairement à il y a deux ans, où avec la découverte de l'histoire je m'étais heurtée au parler si typique de Côte d'Ivoire, j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir et sans difficulté cette ambiance si vivante et si haute en couleur.

Pourtant, le tome 2 passé, on se rend vite compte que le côté léger du premier tome n'est plus de mise : les difficultés s'accumulent dans l'entourage d'Aya. Chacun doit trouver son chemin, se trouver lui-même et décider de ce qu'il veut faire et être. Les personnages ne sont pas caricaturaux, ils ont leur personnalité et leurs défauts, même si bien sur tout s'arrange à la fin.

La place des filles et des femmes, le poids de la tradition, la rupture entre la ville et la campagne, l'homosexualité, la toute puissance des autorités, l'importance de la famille et des amis, l'acceptation de l'immigré... Voici autant de sujets abordés avec justesse et en suivant des personnages attachants. 

Une jolie série que j'aurais encore poursuivie avec plaisir dans un tome 7. Il semble qu'une adaptation cinématographique ait été faite, je vais me rabattre dessus.

Aya de Yopougon, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie
Gallimard

3 commentaires :

keisha a dit…

Une série que j'ai découverte au fur et à mesure de sa parution, tu imagines, il fallait attendre!

titiliana a dit…

"Aya de Yopougon", j'adore! C'est une série que j'ai découvert il y a un bon moment. J'en garde toujours un très bon souvenir de lecture.
Je n'ai pas vu le film qui est sorti plus tard. J'ai peur d'être déçu par rapport à la lecture de la BD. Tu me diras si ça vaut le coup si tu as l'occasion de le voir.

La chèvre grise a dit…

@ keisha : j'imagine mal, ça a du etre horrible :)

@ titiliana : faudrait que je tente le film, en me souvenant bien de la BD. Marrant, j'ai eu du mal à m'y mettre mais une fois dedans, c'est vraiment réussi.