ShareThis

21 novembre 2016

Cinq heures vingt-cinq [Agatha Christie]

Et une nouvelle lecture d'un Agatha Christie pour se détendre entre deux lectures plus conséquentes. Cette fois-ci, après Le major parlait trop, je me suis tournée vers Cinq heures vingt-vinq.

L'histoire : A cinq heures vingt-cinq, une table tournante a annoncé l'assassinat du capitaine Trevelyan, un vieux célibataire misogyne et quelque peu excentrique. Et ce doit être vers cette heure-là, en effet, selon le médecin qui examine le corps, que le capitaine a été assommé... Ce n'est toutefois qu'un des mystères que devra affronter l'inspecteur Narracott. Que penser de ces deux dames d'Afrique du Sud, venues tout exprès s'exiler dans cette région de Dartmoor, enneigée par un hiver rigoureux ? De ce neveu et héritier de la victime, qui, le jour même, avait pris pension à l'auberge voisine ? C'est la fiancée de ce dernier, une jeune fille énergique, qui, pour le tirer d'un mauvais pas, va mener sa propre enquête, en collaboration avec un journaliste. Quitte à en remontrer au détective officiel...

Mon avis : Un roman d'Agatha Christie maintenant, je ne lis même plus sa quatrième de couverture. Je lui fait quitter l'étagère en m'assurant seulement que je ne l'ai pas déjà lu. Je ne connais donc pas du tout l'histoire, ni l’enquêteur lorsque j'ai commencé celui-ci. Allez savoir pourquoi, j'étais persuadée pendant toute mal lecture que j'allais y retrouver Hercule Poirot. Sauf qu'en fait, pas du tout :)

Ça c'était pour la petite histoire. Passons maintenant au cœur du sujet : comment était cette lecture ? Ma foi plutôt divertissante. D'abord par le décor planté : le Dartmoor sous la neige. Pour avoir visité cette région en plein été, elle est déjà splendide. Alors l'imaginer couverte d'un blanc manteau fait juste rêver. 

Ensuite, l'enquête elle-même est plutôt habile. Je ne m'attendais pas à ce coupable. Encore une fois, j'ai donc été dupée par l'auteur qui sait si habilement jouer des indices pour mieux nous tromper. Car le mobile est posé dès le début en bien gros. J'avais bien trouvé ce détail étrange, mais je n'ai pas été capable d'en tirer les conclusions qui s'imposaient. La jeune héroïne ne s'en laisse pas compter et, en femme moderne, ce qui a du en choquer plus d'un à l'époque, ose questionner et défendre coute que coute son fiancé. Un peu mollasson le fiancé quand même. C'est d'ailleurs ce que je reprocherai à cette lecture : des personnages un peu trop caricaturaux : pas de demie mesure sur leurs caractères.

En bref, une lecture sympathique qui joue bien son rôle.


Cinq heures vingt-cinq, d'Agatha Christie
Traduit par
Le Masque pour Kindle
Juillet 2015

1 commentaires :

c'era una volta a dit…

Tiens, il ne me dit rien celui-là d'Agatha Christie... Cela fait tellement longtemps que je n'en ai pas lu un...

(sont souvent caricaturaux les personnages de ses histoires ^^ )