ShareThis

18 novembre 2016

Les pieds bandés [Li Kunwu]

L'auteur : Né en 1955 en Chine dans la province du Yunnan, Li Kunwu est manhuajia (ou dessinateur de manga chinois). Il s'est fait connaitre par ses dessins de presse.

L'histoire : Un one-shot sur la coutume chinoise des pieds bandés. Ce récit raconte comment une jeune fille, Chun Xiou, est forcée de se bander les pieds suivant la tradition, et la torture que cela représente. Mais le calvaire ne s’arrête pas là, car avec la révolution elle va devoir supporter la pression d’une nouvelle société qui rejette toutes ses anciennes coutumes.

Mon avis : Faire souffrir une petite fille pour qu'une fois devenue femme elle puisse espérer un beau mariage ? Voici le pourquoi de la coutume des pieds bandés, pratiquée en Chine depuis le Xe siècle et abandonnée par la force, avec la révolution chinoise au XXe siècle. Pour répondre aux canons de beauté masculin, c'est à une vraie torture que ces enfants étaient soumises. Le dessin de Li Kunwu, torturé justement, est un vrai écho à ce qu'elles subissent. Même si effectivement les visages en deviennent difficilement reconnaissables par moment...

Planche Les pieds bandés de Li Kunwu
Chunxiu subit cette atrocité dans son enfance et a ainsi toutes les chances de faire un beau mariage... sauf que la révolution chinoise passe par là et abolit toutes ces coutumes féodales, ruinant tous les espoirs de la belle jeune fille. Qui se retrouve mutilée pour rien, contrainte à la servitude à nouveau par la cruauté des hommes. Et sera la nounou de l'auteur, qui porte loin sa voix et ses douleurs. Sans mélo, avec la distance qu'il faut pour convaincre et émouvoir le lecteur.

Un récit très instructif qui nous fait réfléchir sur le dictat de la mode et ce qu'on impose à notre corps.

C'est Canel qui m'a donné envie de découvrir ce manga avec son billet dont je partage totalement l'avis.

Les pieds bandés, de Li Kunwu
Traduit par An Ning
Kana
Mars 2013

3 commentaires :

keisha a dit…

Une histoire terrible, oui. (pas fait de billet, mais on n'oublie pas cette BD)

La chèvre grise a dit…

@Kesiha : ça c'est sur !

c'era una volta a dit…

Il me la faut, il me la faut!!!

Le sujet est dur et fait écho à tellement de pratiques mutilantes sur les petites filles et femmes à travers le monde...