ShareThis

14 novembre 2016

Terminus Elicius [Karine Giebel]

A croire que Karine Giebel et moi c'est un rendez-vous qui a lieu tous les 3 ans, puisque c'est à nouveau le laps de temps depuis ma lecture de Juste une ombre qui m'avait beaucoup plu.

L'histoire : Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler cette existence morose : « Vous êtes si belle, Jeanne. » Glissée entre deux banquettes, elle l'attendait.

Une déclaration. D'amour. De guerre. Car l'homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme sœur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars...

Mon avis : Comme d'habitude avec l'auteur, les personnages sont fouillés et sous des aspects lisses se cachent de nombreuses fêlures qui se dévoilent au fur et à mesure de la lecture. Malgré des caractères entiers et pas forcément commodes, les protagonistes savent se montrer attachants. Jeanne surtout, jeune fille qu'on imagine timide et renfermée, nous ouvre les portes de sa conscience, donnant à voir une palette d'émotions qui touche forcément.

Tout en détaillant bien la psychologie de ses personnages, Karine Giebel ne livre pas beaucoup de descriptions extérieures, que ce soit le physique des êtres ou les décors des lieux. C'est pour elle totalement secondaire. Et dans ce premier roman, pour peu qu'on connaisse l'auteur, on devine pas mal de chose. C'est parfois assez attendu et j'ai pu deviner pas mal de choses.

Mais, malgré ces défauts, ce roman se dévore ! Le lecteur a envie de savoir, de poursuivre encore et toujours sa lecture, emporté dans le train qui relie Marseille à Istres et trajet inverse. On suit Jeanne, on monte et on descend du wagon avec elle, on glisse la main entre les sièges pour vérifier la présence d'une lettre. Car le côté épistolaire ajoute son charme à cette histoire. C'est bigrement efficace et c'est tout le talent de Karine Giebel que de nous emporter aussi bien. Je ne manquerai pas de continuer à découvrir ses romans avec grand plaisir.

Merci aux éditions Belfond pour cet envoi.

Terminus Elicius, de Karine Giebel
Belfond pour Kindle
Novembre 2016

2 commentaires :

c'era una volta a dit…

Je suis curieuse de voir la construction de ce roman qui fut son tout 1er. J'avoue qu'après la lecture de Meurtres pour rédemption, les suivants m'ont un petit peu moins emballée (même si j'ai passé de bons moments lectures avec) à cause de ce sentiment de répétition quant à la structure de l'histoire.
Bref, je ne sais pas si je m'exprime bien...

Là, j'ai le sentiment que c'est différent et ça pourrait bien me surprendre :)

Alex Mot-à-Mots a dit…

Tu as raison, malgré ses défauts, on dévore ce livre.