ShareThis

18 janvier 2017

Exposition : Cy Twombly


En même temps que ma visite de l'exposition Magritte, la trahison des images au Centre Pompidou, j'ai fait un tour dans la deuxième exposition proposée et accessible avec le même ticket. C'est toujours l'occasion de découvrir des artistes qui me sont totalement inconnus, comme ça avait pu être le cas avec Simon Hantaï découvert avec Roy Lichtenchtein. Et cette fois encore, je pense avoir préféré cette seconde à celle qui m'avait fait déplacer.

Blooming, 2001 - 2008_Twombly

Sans titre (Lexington), 1951 - Cy Twombly
 Ces premiers travaux sont marqués par le graphe et l'écriture.

The vengeance of Achilles, 1962 - Cy Twombly
Ducth interior, 1962 - Cy Twombly
Venus & Appollo and the Artist, 1975 - Cy Twombly


Non pas que ce soit plus facile à comprendre, loin de là. Mais l'imaginaire fait son œuvre plus facilement quand dans une toile figurative. Parfois, cela reste un grand point d'interrogation, comme pour plusieurs des toiles ci-dessus qui ressemblent davantage à une accumulation de graffitis sur un mur nu et brut.

D'autres par contre m'émeuvent, comme celle ci-dessous, sans que je sache vraiment pourquoi : le mouvement, les couleurs...

Fifty days at Iliam, Party 1 : Shield of Achilles, 1978 - Cy Twombly

Quattro Staggioni (de la Tate Gallery de Londres), 1993 - Cy Twombly

Les explications fournies par le centre Pompidou permettent par moment de se projeter davantage, comme pour la toile ci-dessous où on explique au visiteur qu'elle fait partie d'un cycle en neuf parties en référence à l'empereur Commode, tyran sanguinaire assassiné, commencé peu après l'assassinat de Kennedy. Et effectivement, on peut essayer de comprendre beaucoup de choses sur ces toiles : la violence symbolique des couleurs chaudes, les bouts de cervelle, le seuil de tolérance indiqué par la ligne grise horizontale...
Nine Discourses on Commodus, 1963 - Cy Twombly

Sans titre (Gaete), 2007 - Cy Twombly

Cette exposition se découvre agréablement, pour connaitre un artiste apparemment majeur de la fin de ce siècle et qui a réalisé en 2010 pour le musée du Louvre un plafond de 400m2 pour orner la salle des bronzes grecs.


Informations utiles :

Du 30 novembre 2016 au 24 avril 2017
Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 11h à 22h, nocturne les jeudis jusqu'à 23h

Centre Pompidou – Place Georges-Pompidou – 75004 Paris
Tel : 01 44 78 12 33

Tarif : de 11 à 14€ (pour un accès à toutes les expositions)

Site du centre Pompidou : http://www.centrepompidou.fr/fr

3 commentaires :

keisha a dit…

Magritte ne m'attire pas trop, mais cette expo un peu plus. Voir les dates, quoi.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Merci pour cette découverte.

La chèvre grise a dit…

@ Keisha : comme souvent. Je note pas mal d'expo quand elles ouvrent et quelques semaines après je me rends compte qu'elles se terminent et que je n'ai pas vu le temps passer... Du coup, c'est souvent sur un coup de tête qu'on décide une sortie, pourquoi pas une expo et... oh oui, celle ci me tenterait bien. En plus, c'est maintenant les 40 ans du centre. Il y aura peut être des animations spécifiques.

@ Alex Mot-à-Mots : de rien :)