ShareThis

22 mars 2017

Annie Sullivan & Helen Keller [Joseph Lambert]

L'auteur : Né en 1984 au Kansas, Joseph Lambert est un auteur américain de bande dessinée.

L'histoire : Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller, et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre. 

Mon avis : Si je n'avais pas retenu le noms d'Annie Sullivan et d'Helen Keller, je connaissais déjà la polémique qui est abordée à la fin de cet album. Il m'a fallu quelques instants pour comprendre que Joseph Lambert nous racontait ici la genèse de cette histoire, la rencontre entre Annie Sullivan et la petite fille sourde et aveugle qu'elle va sortir de son enfermement en lui apprenant à communiquer. Une histoire forcément émouvante, car Annie Sullivan ouvre à Helen les portes d'une vie différente. Elle doit pour cela faire violence à la petite fille, presque un animal sauvage, pour qu'elle accepte le contact nécessaire à ses premiers apprentissages qui mèneront ensuite à bien d'autres. L'histoire est raconté sans misérabilisme pour autant, ce qui était le risque, et en faisant le parallèle avec la propre enfance d'Annie.

Si le rendu visuel de l'apprentissage de la langue des signes est frappant, j'ai trouvé le graphisme assez moche pour être franche. Les scènes sur fond noir rendent bien l'enfermement que subit Helen, mais le dessin brouillon n'aide pas toujours à bien comprendre la situation. Il m'a fallu un moment pour comprendre le jeu des doigts, point de détail pourtant si important et qui ensuite prend plus d'ampleur dans les cases.
Annie Sullivan et Helen Keller, de Joseph Lambert, page 8
Bref, un album que je vous conseille pour l'histoire si vous ne la connaissez pas déjà, et qui ne manquera alors pas de vous toucher. Sinon, cela n'a guère d'intérêt.

Annie Sullivan & Helen Keller, de Joseph Lambert
Éditions Çà et là
Octobre 2013