ShareThis

25 septembre 2017

Le ciel est immense [Marie-Sabine Roger]

Après le coup de cœur pour Dans les prairies étoilées lu l'année dernière, un nouveau Marie-Sabine Roger ? Non, en fait c'est son tout premier roman, que je ne connaissais pas. Alors forcément, lorsque je l'ai vu à la librairie, ni une ni deux, il était dans mon panier !

L'histoire : Elle a échoué à l'hôtel de la Plage comme portée par la dernière marée. Et le ressac l'a laissée là, coquille vide.

Souffrir, c'est vivre encore, peut-être. Cette vie là, elle n'en veut plus. Partir sur une dernière peine de coeur, prisonnière de ses non-dits, de ses pudeurs.

Mais voilà qu'un gamin la surprend dans sa dernière intimité. Tout est à refaire. Chaque jour, il revient, ce Petit Prince qui l'apprivoise. Ses questions l'obligent, malgré elle, à revisiter sa vie. Et avec lui, passe l'envie. Ou plutôt, revient.

L'envie de peindre un soleil couchant sur la surface même de l'océan. L'envie du bonheur...

Mon avis : Voici donc le premier roman de Marie-Sabine Roger. On n'y trouve pas encore l'humour léger qui apaise la tristesse des propos, comme elle sait le faire aujourd'hui. Quelques pointes apparaissent, mais c'est globalement bien plus sombre.

Il y a déjà par contre cette belle poésie dans toutes les phrases, celle qui charme le lecteur et l’emmène, le transporte, même dans des sentiers qu’il n’a pas toujours envie de parcourir. Car en toute franchise, l’histoire de cette femme au bord de la soixantaine qui déprime n’avait rien pour m’attirer. Sauf que, l’auteur sait en faire une belle balade, de celles qui font réfléchir. Sans sensiblerie mais avec justesse, elle brosse un portrait sans concession : le temps qui passe et qui marque les corps, les regrets qui apparaissent, le sentiment de ne plus avoir le temps, de ne plus savoir faire voire de ne plus savoir être… Rien de bien révolutionnaire en somme, rien que de très normal. Sauf que cette femme que nous suivons estime avoir atteint le point de non retour. Sa rencontre avec un jeune garçon, juste avant de passer à l’acte, va lui faire envisager les choses autrement.

On sent les prémices de ce que sera la plume de Marie-Sabine Roger que j’aime tant. C’est à la fois poétique donc, spontané et plein de délicatesse, pour livrer un joli roman qui touche. Je conseille !

"Je suis recluse en moi. Le cœur aux fers. L'âme au secret." (page 14)

Le ciel est immense, de Marie-Sabine Roger
Éditions Pocket
Janvier 2016

2 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

J'aime beaucoup la citation. Une auteure que j'apprécie.

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots : courte mais elle m'a beaucoup parlé.