ShareThis

16 octobre 2017

La légende des Akakuchiba [Kazuki Sakuraba]

L'auteur : Kazuki Sakuraba, née en 1971, est une auteur connue pour sa série de light novels Gosick mais aussi de romans classiques.

L'histoire : Lorsqu'une fillette est retrouvée abandonnée dans la petite ville japonaise de Benimidori en cet été 1953, les villageois sont loin de s'imaginer qu'elle intégrera un jour l'illustre clan Akakuchiba et règnera en matriarche sur cette dynastie d'industriels de l'acier. C'est sa petite-fille, Toko, qui entreprend bien plus tard de narrer le destin hors du commun de sa famille. L'histoire de sa grand-mère, femme dotée d'étonnants dons de voyance, et celle de sa propre mère, chef d'un gang de motards devenus une célèbre mangaka.

Mon avis : Difficile de donner mon avis sur cette lecture ! Car s'il y a indubitablement du bon, j'ai mis facilement un tiers pour entrer pleinement dans l'histoire. Il faut dire que la pudeur japonaise pour dire les choses, mettant les émotions souvent à distance, n'aide pas forcément. C'est plus à la lecture de la mère de la narratrice, chef de gang qui finit par s'assagir qui m'a raccrochée.

L'écriture est pleine de modernité, ce qui produit au début un décalage mais n'est pas anachronique puisque c'est bien Toko, la petite fille vivant à notre époque, qui raconte l'histoire des deux générations de femme qui l'ont précédée. Elle commence en nous racontant l'histoire de sa grand-mère, Man'Yo, qui de simple enfant trouvée deviendra grande dame dans la noble famille de Benimidori. Nous sommes juste après la guerre et le Japon va entrer dans une phase de transition. Accompagnant le progrès industriel, le haut fourneau crache l'acier à pleine vitesse et fait vivre l'ensemble de la communauté. La modernité est là, et pour les femmes il faut trouver sa place entre tradition et envie de liberté. Man'Yo sera le témoin et l'élément clé de tout ce bouleversement. Deux générations de femmes la suivent, chacune ayant des choix importants à faire.

L'auteur met en parallèle l'évolution du statut de la femme et la transformation de la société japonaise. Au sein d'un Japon rural, parfois pétri de croyances magiques, le choc industriel est vécu comme un cataclysme. Les jeunes sont obligés de s'adapter et le fossé des générations se creusent. Si avant chacun connaissait sa place et ne pouvait s'y soustraire, aujourd'hui la liberté, durement acquise, a un prix : il faut assumer ses choix au risque parfois d'être perdu devant l'étendue des possibilités qui s'offrent. Les traditions autrefois si pesantes peuvent alors apparaitre comme un refuge, un cadre parfois guidant.


Avec ce roman, c'est la maladie de la société contemporaine qui est racontée : la nécessité de refuser l'adultère, la pression scolaire sur les jeunes, l'orientation sexuelle, le harcèlement, la délinquance. Des sujets intéressants mais quelques difficultés à entrer dans l'histoire et à comprendre où tout cela peu bien mener ont donné une lecture en demie-teinte.

Merci à Piranha et Babelio pour cette lecture dans le cadre de l'opération Masse Critique.
La légende des Akakuchiba, de Kazuki Sakuraba
Traduit par Jean-Louis de la Couronne
Éditions Piranha
Octobre 2017

4 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Le romans semblait riche et intéressant, mais ton avis en demi-teinte me fait hésiter.

c'era una volta a dit…

Difficile de savoir comment j'apprécierais cette lecture sans m'y confronter.

Les thèmes abordés sont intéressants, reste à savoir où l'auteur veut mener son lecteur et là, c'est apparemment peu clair ^^

Edyta a dit…

Je l'ai en polonais mais je ne l'ai pas encore lu.

La chèvre grise a dit…

@Alex Mot-à-mots : est-ce que tu aimes les romans asiatiques ? Parce que s'en est clairement un : ça prend son temps, et on est plus dans le ressenti que dans l'expression des émotions.

@C'era : c'est comme souvent dans la littérature asiatique je trouve. Disons qu'ici j'ai surtout été perturbée par le mélange tradition / modernité.

@ Edyta : Tu choisis comment l'achat d'un livre en français ou en polonais ? Dans les deux cas, ce sont des traductions donc pourquoi pas :)