ShareThis

21 mai 2018

Ambitions assassines [Claire Bauchart]

L'auteur : Claire Bouchart est journaliste pour la presse féminine et à travailler pour un quotidien économique. Ambitions assassines est son deuxième roman.

L'histoire : 10 mars, 11h43. Mélanie Aubant, comédienne prometteuse de 28 ans, meurt brutalement, écrasée par la chute d'un projecteur, en plein tournage du prochain long-métrage dont elle est la tête d'affiche. Une heure plus tard, la nouvelle de sa disparition tragique est relayée par toutes les chaînes d'information. Un retentissement qui sème le trouble dans la campagne de Ghislain Dupuis, pressenti pour remporter l'élection à la mairie de Paris dix jours plus tard.

Simple coïncidence ? Pascaline Elbert, journaliste chargée d'écrire un papier sur l'actrice, va, malgré elle, découvrir un lourd secret susceptible de changer la donne du prochain scrutin...

Mon avis : Oubliez l’esprit chick lit à côté de la plaque de la couverture. Ici, Claire Bouchart nous propose un petit (160 pages) roman où se mêle politique et média, dans ce qu’ils ont de moins reluisants.

Pascaline Elbert doit écrire 10 pages sur un sujet people, bien loin de ce qui l’intéresse réellement : les arcanes du pouvoir. Pourtant, au cours de ses recherches sur la personnalité de Mélanie Aubant, jeune actrice prometteuse tuée lors d’un tournage, elle découvre des bizarreries qui la ramène vers ses sujets de prédilection. C’est que le candidat à la mairie de Paris actuellement en tête des sondages aurait entretenu une relation avec la jeune femme. En creusant encore plus, la journaliste va découvrir le pot aux roses.

J’ai cependant été frustrée par ce roman trop court à mon goût : le format impose d’aller vite, parfois trop, sur certains aspects de l’enquête. Et surtout, il ne permet ni de creuser la psychologie des personnages, ni d’entrer vraiment dans le cœur des thématiques multiples abordées et qui ne sont du coup qu’effleurées : l’ambition féminine, le sexisme au travail, l’usage de stagiaires à outrance, la prise en compte des victimes, le rôle de mère qui travaille, la répartition des tâches dans un couple.

Il n’empêche que les arcanes du pouvoir politique sont bien décrites et on aurait presque l’impression de reconnaître les grands responsables de certains partis. D’autant que Claire Bouchart ne s’embarrasse pas de détails : on plonge directement dans le cœur du sujet. C’est bien construit et ne laisse pas de place aux temps morts. La politique est, on le sait, perturbée par la nécessaire posture médiatique et tous les atours de communication qui vont avec. Et j’ai bien aimé cet aspect du roman. On a trop tendance à oublier que nos représentants politiques sont également des êtres humains tout à fait faillibles, rongés par l’ambition et focalisés sur la ligne d’arrivée ultime, qui jouent avec les cartes que les électeurs et la société dans son ensemble leur fournissent. Cela donne un rapport très ambigu entre le monde politique et les médias, qui ont besoin l’un de l’autre mais sont perpétuellement méfiants et manipulateurs.

L’auteur nous invite donc dans les coulisses d’une campagne électorale : tromperies, jeux d’influence et manipulations, fausses factures… ça vous rappelle peut-être des événements très récents !

Merci à Laurence pour ce service presse.

Ambitions assassines, de Claire Bauchart
Éditions du Rocher
Avril 2018

2 commentaires :

Alex Mot-à-Mots a dit…

Ah bon, ce livre devrait nous rappeler quelque chose ? ;-)

La chèvre grise a dit…

@ Alex Mot-à-mots : un tout petit peu :)