ShareThis

05 septembre 2018

Saga [Brian K. Vaughan & Fiona Staples]

Les auteurs : Brian K. Vaughan est un scénariste américain de comics, né en 1976. Il travaille ici avec Fiona Staples, dessinatrice de bandes dessinées canadienne. Leur série Saga a reçu déjà de nombreux prix, dont plusieurs prix Eisner (meilleure série, meilleur scénariste et meilleure nouvelle série), le prix Hugo, deux nomination au festival d'Angoulême,...

L'histoire : Un univers sans limite, peuplé de tous les possibles. Une planète, Clivage, perdue dans la lumière froide d'une galaxie mourante. Sur ce monde en guerre, la vie vient d'éclore. Deux amants que tout oppose, Alana et Marko, donnent naissance à Hazel, un symbole d'espoir pour leurs peuples respectifs. L'espoir, une idée fragile qui devra s'extraire du chaos de Clivage pour grandir, s'épanouir et conquérir l'immensité du cosmos.

Mon avis : Cette série est ma première incursion dans le monde du comics à l’américaine, pur et dur, si on met de côté Calvin et Hobbes, plutôt strip, et Bones, plus jeunesse. J’ai commencé ma lecture avec un peu d’appréhension, notamment sur le dessin, très coloré et bien loin des mangas ou de la BD de style franco-belge auxquels je suis habituée. Et pourtant, dès le premier album, j’ai été complètement happée par cet univers nouveau et original qui nous est proposé. Il y a un petit côté Roméo et Juliette indéniable dans l’histoire d’Alana et Marko, deux renégats des camps adverses qui sont tombés amoureux. Au point de mettre au monde la petite Hazel, qui est à l’origine de la narration. C’est son histoire. Chaque clan lance à leurs trousses les plus fins limiers, les meilleurs tueurs à gages. Il y a donc une bonne dose de violence, renforcée par le contraste avec les couleurs plutôt acidulées. Mais ce qui est au cœur du récit, c’est bien la notion de famille.

Les auteurs s’appuient sur les éléments classiques d’un space opéra : ça foisonne de personnages secondaires, dont des personnages cybernétiques, de planètes colonisées sur fond de guerre entre Continent et Couronne. Le titre est bien trouvé car, au-delà des jeunes parents et de leur fille, c’est une famille au sens large qui est décrite : les parents de Marko, la nourrice, l’ex-fiancée, les factions ennemies, les amis… tous sont largement impliqués dans le destin de la petite. Pour renforcer ce sentiment, il suffit de voir les querelles de couple qu’ont nos deux parents, tant leur conception peut parfois diverger sur certains aspects.

Planche Saga tome 1 de Vaughan et Staples

Encore une fois, le dessin de Fiona Staples fait merveille pour dynamiser le récit qui ne souffre d’aucun temps mort. Même les séquences plus calmes sont pleines de vie, de ces petits rien de tous les jours qui nous occupent bigrement, transposés dans un monde intergalactique. Les commentaires en voix-off d’Hazel sont ironiques et dignes de l’humour sarcastique dont fait preuve Alana envers Marko.

Une inquiétude cependant : l’histoire semble devoir raconter le destin d’Hazel. Or sur les cinq premiers tomes, cette petite fille n’est quasiment qu’un nourrisson. Le chemin pour terminer le récit semble donc encore très long. Et fonction du rythme de publication, il y a un fort risque de découragement.

Pour le reste, je ne peux que vous recommander chaudement cette série. J’ai dévoré les cinq tomes de la bibliothèque, puis suis vite allée demander quand la suite arriverait dans les rayonnages. Encore quelques semaines de patience, et je pourrais dévorer les tomes 6, 7 et 8 !

Saga, tomes 1 à 5, de Brian K. Vaughan & Fiona Staples
Traduit par Laurent Queyssi
Éditions Urban comics
À partir de mars 2013

3 commentaires :

keisha a dit…

Tu as de la chance! J'en ai lu 5 et c'est compliqué d'avoir la suite à la bibli (ils envoient tout ou rien!)

La tête dans les livres a dit…

Je lis très peu de BD mais ça a l'air sympa même si j'avoue que les sagas à rallonge ont tendance à me décourager!

La chèvre grise a dit…

@ keisha : c'est le côté très casse-pieds des bibli ça !

@ La tête dans les livres : c'est aussi ma crainte quand je commence une série. Mais c'est l'avantage de la bibli, je tente et on verra bien. En général, si j'arrête parce que les tomes suivants ne sont pas encore sortis, il faut que la lecture soit exceptionnelle pour que je reprenne.