ShareThis

27 mai 2019

Salina, les trois exils [Laurent Gaudé]

Voilà bien longtemps que je ne m'étais pas laissée tenter par la plume de Laurent Gaudé, depuis ma lecture en 2012 de Pour seul cortège. J'ai profité de la bibliothèque pour emprunter son dernier roman Salina, les trois exils.

L'histoire : Qui dira l'histoire de Salina, la mère aux trois fils, la femme aux trois exils, l'enfant abandonnée aux larmes de sel ? Elle fut recueillie par Mamambala et élevée comme sa fille dans un clan qui jamais ne la vit autrement qu'étrangère et qui voulut la soumettre. Au soir de  son existence, c'est son dernier fils qui raconte ce qu'elle a été, afin que la mort lui offre le repos que la vie lui a défendu, afin que le récit devienne légende.

Mon avis : Et à nouveau, je me suis laissée totalement prendre par le style remarquable de l'auteur, le souffle épique qu'il sait faire naître par la seule magie de ses mots. Il dit parfaitement la douleur, la souffrance et la joie. Il dit parfaitement le paysage désertique, les pierres et les hommes brûlés par le soleil implacable. Moi qui, il y a peu, tentais de lire Bakhita de Véronique Olmé, lecture que j'ai abandonnée à cause des longueurs, je ne peux que constater que la vie de cette sainte aurait du être écrite par Gaudé pour me passionner. Il a un style qui dit tout mais de façon concise, sans pour autant empêcher une forme de poésie.

Ici, il nous plonge dans un récit tribal qui rappelle celui des anciens. Celui d'une femme puissante et sauvage. Une femme qui refuse de se laisser soumettre et qui entend vivre pleinement sa vie, à défaut de pouvoir la vivre comme elle veut. Venue de nul part, elle connait un destin hors du commun. Recherchant une sépulture pour sa mère, son dernier fils raconte celle qui fit de la vengeance une raison de vivre, celle qui fut, au sens premier, une mère légendaire. Malaka dit une étrangère jamais complètement admise au sein de la tribu qui la recueille presque à son corps défendant.

En ne précisant ni le lieu ni le temps, l'auteur rend son histoire universelle. Et elle trouve forcément un écho avec notre monde actuel. Cris et poussières sont à l'aube de la vie de Salina. Sérénité est à son crépuscule. Entre les deux, c'est le magnifique récit de la vengeance d'une femme blessée que nous livre Gaudé. J'ai adoré et je conseille fortement !

Salina, les trois exils, de Laurent Gaudé
Éditions Actes Sud
Octobre 2018

3 commentaires :

Nicolas (livrepoche.fr) a dit…

Gaudé a un style qui colle bien avec le côté épique d'une histoire, ou alors, c'est son style qui fait le mythe de n'importe quelle histoire. J'ai pas encore lu celui-là mais ça viendra, très certainement.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Il va falloir que je pense à l'acheter...

La chèvre grise a dit…

@ Nicolas : c'est vrai, j'adhère plus quand il donne un souffle épique justement. Ce n'était pas le cas dans "OUragan" et je n'avais pas aimé.

@ Alex Mot-à-mots: ou à l'emprunter, mais en tout cas à le lire :)