Florida [Jean Dytar]

L'auteur
: Né en 1980, Jean Dytar est un ancien professeur d'arts plastique et auteur de bande dessinée. Florida, son troisième album, a reçu le prix Cases d'Histoire en 2018.

L'histoire: Florida…
Un nom sur une carte, un détail du monde, une promesse…
Elle aura tenté de prendre part au rêve. Il aura tenté d'échapper au cauchemar.
C'est l'histoire d'un couple, nourri et ballotté par une aventure hors du commun en Amérique, au temps des guerres de Religion. Mais c'est aussi l'histoire du souvenir de cette aventure, des images qu'elle éveille, des convoitises qu'elle suscite, des publications qu'elle engendre…
Comment le réel façonne-t-il les imaginaires ? Comment les imaginaires façonnent-ils le réel ?

Mon avis : XVIe siècle. Jacques Le Moyne de Morgues et Eléonore forment un couple étonnant. Alors qu’elle rêve d’aventures que son statut de femme lui dénie, lui se recroqueville et se contente de dessiner des fleurs pour la cour d’Angleterre. C’est que, l’aventure, Jacques l’a connue en tant que cartographe et dessinateur, et il en est revenu traumatisé. Il a fait partie d’une expédition de huguenots envoyés en Floride pour s’installer. La cohabitation avec les autochtones, compliquée par des décisions religieuses et tactiques, n’a pas été simple voire à tourner au fiasco le plus total.

Le lecteur assiste à la guerre que se livrent Anglais, Français et Espagnols pour la conquête des Amériques. Mais ce qui est réellement passionnant, en plus de l’aspect historique, puisque Jacques le Moyne est un personnage véridique, c’est toute l’interrogation autour de la représentation historique qui est faite de cette expédition ratée. Comment les historiens ont-ils traité cet épisode ? Leur travail façonnera à tout jamais l’imaginaire collectif et servira des propos hautement politiques : proposer une terre exotique à investiguer, sans décourager les investisseurs potentiels avec des scènes trop atroces.


En plus de l’intérêt historique, c’est graphiquement impressionnant. Les tons utilisés sont différents entre les ocres du présent et les bleus et verts des souvenirs qui décrivent les paysages sauvages de ces terres inexplorées par les Occidentaux.

Pour un album pris totalement par hasard à la bibliothèque, l’œil attiré par sa seule couverture, ce fut une bonne pioche !

Florida, de Jean Dytar
Éditions Delcourt
Mai 2018

Commentaires

nathalie a dit…
Ah mais je veux lire ça, c'est exactement ce qui me plaît ! Merci, merci !
Et en plus je l'avais déjà noté...
La chèvre grise a dit…
@ Nathalie : je ne l'ai pas beaucoup vu sur la blogo pourtant. Mais, après une petite inquiétude au début de l'ouvrage qui patine un peu, le reste vaut le détour.