ShareThis

19 novembre 2009

Le portrait de Dorian Gray [Oscar Wilde]

L'auteur : Oscar Wilde, de son nom complet Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde, est un écrivain irlandais, né à Dublin en octobre 1854 et mort à Paris en novembre 1900, d'une méningite. Fils d'un chirurgien et d'une poétesse, il fait de brillantes études au Trinity College et suite au Newdigate Prize qu'il remporte pour un poème, il créé le mouvement de l'Art pour l'Art. Il développe sa théorie sur l'esthétisme, devient rédacteur en chef, puis publie, en 1890, Le Portrait de Dorian Gray, qui marque le début de sa célébrité. Après le scandale de Queensberry et les années de prison qui en découle, il quitte l'Angleterre pour la France.

L'histoire : Le héros de l'unique roman d'Oscar Wilde doit rester éternellement jeune : son portrait seul sera marqué progressivement par le temps, les vices, les crimes, jusqu'au drame final.

Mon avis : Ce roman est resté très longtemps sur mes étagères, plusieurs années. Acheté parce que c'est un classique que je pensais devoir lire, j'ai profité du Challenge English classics et de mon objectif PAL pour m'y attaquer, avec appréhension. Le début ne m'a pas rassurée : lourd et, contrairement à ce qu'annonce la quatrième de couverture, on est loin du roman d'aventures. Il faut s'accrocher. Les discussions de salon à tendance pseudo philosophiques n'ont jamais été ma tasse de thé. Le côté précieux et pompeux m'énerve et m'ennuie. A ceci, je préfère de loin des portraits de la société anglaise de l'époque que peuvent nous proposer les Brontë ou Jane Austen. Au moins, l'écriture féminine évite de se retrouver face à des phrases comme celles-ci :
"Mon cher enfant, aucune femme n'est géniale. Les femmes sont un sexe décoratif. Elles n'ont jamais rien à dire, mais elles le disent de façon charmante. Les femmes représentent le triomphe de la matière sur l'intelligence, de même que les hommes représentent le triomphe de l'intelligence sur les mœurs."
Mais tout le monde en ayant dit tellement de bien, j'ai persévéré.
Dorian Gray est le jouet de Lord Henry qui lui transmet tout son cynisme, s'amuse à exacerber les plus petits défauts de la personnalité de ce jeune esthète et apollon, certes naïf et faible, et finit par le détruire. Il en fait un jouet d'expériences à taille humaine, comme il le reconnaît lui-même dès le début du roman. Il le pousse à commettre des actes immoraux, en lui assurant qu'ils ne sont en rien condamnables. Il le manipule jusqu'à l'extrême.
Je pense que pour saisir la réelle portée de ce livre, il faut connaître la vie de l'auteur. Beaucoup de lui transparaît à mon sens : de ses peurs, de ses critiques de la société, de ses orientations sentimentales aussi (amoureuses ou d'amitié), de ses avis sur l'art et l'esthétique.
Ceci dit, la lecture a oscillé pour moi entre moments sympa et ennui lors des discussions pompeuses des dîners de cette classe bourgeoise qui n'a que l'art et la beauté comme préoccupations. Je ne vois pas dans cette œuvre le roman d'aventures annoncé. Je ne regrette certes pas de l'avoir lu et l'idée de ce portrait qui vieillit à la place du sujet est originale et intéressante, mais je n'ai pas eu de coup de cœur.

Un livre qui peut également être lu en ligne ici.
Objectif PAL : -14

15 commentaires :

Marie a dit…

J'avais lu ce roman il y a quelques années. J'avais aimé cette lecture imprègnée de pessimisme et de certaines peurs de l'auteur...

petite fleur a dit…

Oui : pessimisme et peurs de l'auteur, je suis d'accord.

Leiloona a dit…

Je ne l'ai toujours pas lu ... il y a des classiques qui me laissent de glace et que je n'ai pas envie de découvrir ...

petite fleur a dit…

Pour être franche, j'ai vraiment profité de la motivation de ces deux challenges pour m'y atteler. Il faut que je fasse pareil avec "Voyage au bout de la nuit" et "Pour qui sonne le glas" qui moisissent également sur mes étagères...

Brize a dit…

Encore un lu il y a bien longtemps. Je me souviens que j'avais aimé, sans rien connaître, à l'époque, de la vie de l'auteur.

Pimpi a dit…

J'avais prévu de le lire cette année mais comme il n'est pas dans ma PAL, ce sera sûrement pour plus tard... Ce roman m'intrigue et il me fait un peu peur en même temps... j'ai peur comme toi de m'ennuyer!

petite fleur a dit…

Je suis un peu seule apparemment à ne pas avoir apprécié plus que ça. Mais pour ma part, je te conseillerai déjà de t'occuper de ta PAL et après tu pourras le lire, si ça t'intrigue toujours :-)
Ceci dit, je suis contente de l'avoir lu, ne serait-ce que pour la culture...

Lounima a dit…

J'ai envie de le lire depuis très longtemps mais... il y a toujours d'autres livres qui emportent la priorité... ;-)

Soie a dit…

Je l'ai lu il y a longtemps, je me rappelle du thème mais assez peu du reste. Je n'avais pas aimé plus que cela non plus.

austengirl a dit…

Je l'ai acheté il n'y a pas longtemps, le résumé m'a fait pensé à la Peau de chagrin, c'est un peu le même principe et j'avais beaucoup aimé ce dernier.

Je pense que je vais m'y mettre dès que mes lectures en cours seront finies.

Il me semble en plus qu'un film va bientôt sortir ? De quoi relancer mon intérêt !

Theoma a dit…

Je te rejoins, une lecture difficile et parfois ennuyeuse. Pourtant un coup de coeur pour moi, la puissance de l'histoire. Je préfère les pièces de Wilde qui sont davantage percutantes en raison de la place faite au dialogue.

petite fleur a dit…

@Lounima : Éternel problème :-)
@Soie : Enfin quelqu'un de mon avis, je me sens moins seule !
@Austengirl : Oui, je n'ai pas encore lu La peau de chagrin mais la thématique me semble assez identique. Et effectivement, j'ai entendu qu'un film allait sortir en 2010 je crois. Le peu que j'en ai vu me tente assez.
@Theoma : Merci de me rejoindre dans ton avis, comme Soie. J'ai eu la chance de voir L'éventail de Lady Windermere au théâtre il y a quelques temps à Paris et j'avais beaucoup aimé, effectivement. Il faudrait que je me penche un peu plus sur ses oeuvres théâtrales.

Manu a dit…

Je l'ai lu à 17 ans et il m'avait fait une forte impression, j'avais adoré.

La liseuse a dit…

Un livre que je veux lire aussi. Merci pour tes explications. Il comporte donc des longueurs.

pascal a dit…

Je confirme que c'est assez lent comme la peau de chagrin qui est un peu dans la même veine. Intéressant pour la culture et le style dirais-je. Pour info, si vous adorez ce genre de livres assez anciens qui ont initié le fantastique, allez voir Melmoth ou l'homme errant de Maturin. C'est encore plus ancien et lent et ennuyeux que Dorian Gray mais c'est considéré comme un des romans fondateurs de la littérature "gothique" et Wilde s'en est assez inspiré pour son lire d'ailleurs mais aussi Balzac qui a écrit Melmoth réconcilié (merci Wikipedia). Par contre, il faut bien replacer le gothique dans son époque et j'avoue que c'est plutôt le côté soporifique qui m'a frappé moi :)