ShareThis

18 janvier 2010

Alice aux pays des Merveilles [Lewis Carroll]

L'auteur : Lewis Carroll est un écrivain britannique, né en janvier 1832 et mort en janvier 1898. Il était également connu pour ses travaux de photographe et de mathématicien.

S'il est aujourd'hui mondialement connu pour ses romans Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir, parus respectivement en 1865 et en 1872, il a écrit beaucoup d'autres œuvres.

L'histoire : Cette édition présente les deux principaux récits de Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles (1865) et De l'autre côté du miroir (1871), qui en est la suite. Le premier est l'histoire d'un rêve : animaux fantastiques, changements de taille, animation d'objets, toutes les ressources du merveilleux s'y déploient. Dans le second, plus moderne encore, la petite fille accomplit un voyage "derrière le miroir", dans un pays fabriqué comme un échiquier, et où elle devient une figure dans le rêve d'un rêveur, avant d'être la reine du jeu d'échecs. Alice est en vérité un voyage initiatique, qui permet de découvrir le monde, et soi-même.

Mon avis : J'ai profité des nombreux avis positifs sur ce roman pour m'y plonger. J'avoue ne pas être une fan du dessin animé de Walt Disney. Depuis toute petite, je n'ai jamais accroché les contes qui jouaient sur l'absurde. Or, c'est bien cela l'essence même d'Alice au pays des merveilles : l'absurde. Le merveilleux tend vers l'absurde et fait tanguer le lecteur en permanence entre émerveillement et peur. Les dialogues, les déplacements, les lieux et les personnages croisés, tout est illogisme. Lewis Carroll s'amuse à brouiller les perceptions du lecteur : la réalité devient ennuyeuse et le pays des merveilles est un monde déroutant et dépaysant, coloré, vif, proche du surréalisme. La logique devient la folie, l'absurdité la norme. Pour moi, ça fait de ce monde un monde plus proche du cauchemar que de l'enchantement.
Pourtant, tout commençait plutôt bien. Lewis Carroll nous rappelle que la qualité première des enfants est de croire, même en l'impossible : "... il venait de se passer tant de choses bizarres, qu'elle en arrivait à penser que fort peu de choses étaient vraiment impossibles". Alice n'est pas déranger par l'illogisme des choses. Elle l'accepte facilement, l'assimilant presque à de la magie. Elle pose un regard curieux mais jamais suspicieux. Certes, au tout début, avant de se mettre à boire et à manger tout un tas de choses, elle fait preuve de prudence, fidèle en cela à l'archétype de la petite fille victorienne : jolie robe, petit tablier, polie, propre et bien élevée, mais abominablement effrontée. Son seul défaut semble être la curiosité.
Mais voilà, pour moi cette œuvre n'est pas spécialement pour enfants. Et elle n'est également pas pour moi. Je n'arrive pas à me laisser emporter par la magie de la chose. D'abord, je n'accroche pas au personnage d'Alice. Elle m'agace. Un seul personnage m'a plu : le chat du Cheshire (alors que bizarrement c'était un personnage qui m'effrayait étant petite dans le dessin animé de Walt Disney). Et puis je trouve ce monde cruel et sombre, voire cauchemardesque. Ajoutez à cela une traduction compliquée par la multitude de jeux de mots difficilement traduisibles...
Je laisse donc là mon exploration du monde des merveilles et ne cherche pas à lire la suite De l'autre côté du miroir.

À noter que ce livre peut également être lu en ligne ici.

Objectif Nouvelle PAL : -24





Ce billet entre également dans le Challenge English classics ! Il le termine même puisque je m'étais fixé 2 romans, mais si l'occasion se présente, je ne manquerai pas d'en ajouter d'autres.

16 commentaires :

Céline a dit…

J'avais commencé à le lire, voilà des années, sans accrocher (j'avais arrêté à l'épisode de la clé et de la potion pour grandir/rapetisser).

J'ai quand même envie de réessayer un de ces jours, en particulier avant de voir l'adaptation de Tim Burton. ...

petite fleur a dit…

Ah oui, tu n'es pas allée très loin alors. Ca vaut le coup je pense, c'est un classique et ce n'est pas très compliqué à lire, meme si tu n'accroches pas.
J'irais voir l'adaptation de Burton, mais juste parce que c'est Burton. Et la lecture est déjà faite comme ça :-)

Fleur a dit…

Moi aussi je voudrais lire ce classique, mais j'appréhende un peu de m'y mettre parce que tu n'es pas la première que j'ai vue à avoir un avis quelques peu négatif sur le livre...

petite fleur a dit…

Les avis sont mitigés, il y a pas mal de monde qui apprécie. Le plus simple est de le lire et de te faire ton propre avis :-) Et puis, c'est facile et court.

Bouh a dit…

Le dessin animé m'insupporte trop pour que je le lise, il me dérange. Les personnages sont malsains, y'a un côté étrange qui ne me plait pas du tout.

Quand on sait en plus que l'histoire a été écrite par un pédophile pour la gamine (son prénom était Alice...) dont il était l'amant et qui lui était prêtée par les parents contre de l'argent, y'a de quoi déranger. Jamais je ne lirai ce livre!

petite fleur a dit…

C'est marrant de voir comment certains dessins animés nous impressionnent enfants et restent gravés négativement dans notre esprit. Moi, je n'ai jamais aimé Alice et Pinocchio qui me faisait peur. A l'âge adulte, on ne peut plus dire que ça me fasse peur mais je ne les aime pas.

Yeark ! Ceci dit, bon nombre de grandes oeuvres littéraires ont été écrites par des écrivains aux moeurs ou pensées plus ou moins discutables. Pense à Céline par exemple, ou tant d'autres.

Edelwe a dit…

Ce livre me met vraiment mal à l'aise...surtout le passage avec le bébé.

petite fleur a dit…

Oui, tout à fait d'accord, le bébé c'est le plus dérangeant. On cherche les sous-entendus... mais je n'ai pas trouvé.

Lounima a dit…

Un livre que je me promets de lire un jour... mais dont je retarde toujours l'échéance... ;-)

petite fleur a dit…

On me l'a prêté, je l'ai vite lu, comme ça je peux vite passer à autre chose :-)
C'est marrant de voir que pour la plupart celles et ceux qui laissent des commentaires ici n'ont pas tellement apprécié alors que j'ai lu plein d'avis positifs...

Leiloona a dit…

Je l'ai lu cet été pour le boulot (puisqu'il est au programme des 6èmes maintenant ...)
Et comme toi, j'ai eu du mal à me dire que c'était un récit pour les petits. Il est tellement complexe ...

petite fleur a dit…

Disons qu'il y a deux niveaux de lecture : une histoire féérique pour les enfants, et une histoire absurde censée aider l'adulte à refaire la part des choses... Mais la lecture pour quiconque n'est pas anglophone est complexe.

**Fleur** a dit…

Je viens de le finir. Moi c'est justement le côté absurde que j'aime dans ce livre mais c'est vrai que le personnage de l'Alice du livre est assez désagréable !

petite fleur a dit…

Je comprends que certaines personnes puissent aimer l'absurde. Pour ma part, je n'y trouve pas mes marques, ça me perturbe et je n'apprécie pas :-)
À baffer, Alice ! :-)

Manu a dit…

J'ai envie de le lire mais tout le monde semble s'accorder sur la complexité du récit.

petite fleur a dit…

J'ai lu aussi pas mal d'avis de personne plutôt satisfaite, donc n'hésite pas, lance toi. C'est un classique à connaître de toute façon. Et puis il est assez court...