ShareThis

07 février 2010

Starvation Lake [Bryan Gruley]

L'auteur : Bryan Gruley est un journaliste américain, né en novembre 1957, travaillant à Chicago pour The Wall Street Journal.

Starvation Lake est son premier roman.

L'histoire : L'État du Michigan, vaste étendue de la région des grands lacs à la frontière canadienne célébrée par Jim Harrison, connaît des hivers rigoureux, où l'ennui est souvent aussi mortel que le blizzard. C'est là, dans la petite ville de Starvation Lake où il est né et a grandi, que Gus Carpenter est revenu pour s'occuper du journal local après une brillante carrière dans un grand quotidien national, brisée net par un mystérieux scandale.
Cette petite communauté où tout le monde se connaît est en état de choc le jour où l'on retrouve dans un lac gelé la moto-neige de Jack Blackburn. Entraîneur de l'équipe de hockey qui a fait jadis la réputation de la ville, celui-ci a disparu dix ans plus tôt lors d'une balade sur le lac Starvation. Et c'est près de dix kilomètres plus loin, dans le lac Walleye, que l'on retrouve son véhicule - percé d'un impact de balle.
Ancien joueur de hockey comme la plupart de ses amis qui, contrairement à lui, n'ont jamais quitté Starvation Lake, Gus va chercher à élucider ce mystère. Cette petite société, qu'il croyait pourtant bien connaître, ne va pas tarder à révéler des secrets tous plus sombres et sordides les uns que les autres.

Mon avis : On sent les non-dits d'une petite ville qui pèsent, dès les premières pages. Quelque chose cloche, mais quoi ? Et puis les quolibets permanents sur un épisode de hockey qui s'est déroulé il y a des années et qui est régulièrement remis sur le tapis comme si cela datait d'hier... Gus semble un peu perdu au milieu de tout ça, et le lecteur avec lui. L'histoire n'avance pas beaucoup, s'embourbe par moment, au point que j'avais du mal à ouvrir le livre certains jours : pas beaucoup d'éléments sur le mystère, notre héros est surtout en pleine nostalgie de son enfance, plus préoccupé de faire partager au lecteur ses images de héros de hockey que de se poser des questions sur ses soucis. Il faut attendre la moitié du livre et l'explication du pourquoi de son retour à Starvation Lake pour que ce roman prenne en densité !
A partir de là, l'histoire se déroule plus vite. Le héros peut agacer un peu avec son art consommé de ne rien comprendre. Mais il reste néanmoins attachant. Le lecteur peut soupçonner un peu ce qui se passe, d'accord. Mais ça fonctionne bien et on a envie de connaître la chute.

Un polar pas mal. Rien d'exceptionnel, mais j'ai passé un moment de lecture agréable.

Un petit détail pour les éditeurs, sur lequel je rejoins l'avis de Cuné : il faudrait arrêter les annonces venant d'autres auteurs bankables sur les couvertures. L'effet est plus désastreux qu'autre chose !

Un livre reçu grâce au partenariat de BoB avec les éditions du Cherche Midi. Je les remercie pour cette lecture.

Objectif PAL : -29

16 commentaires :

Ys a dit…

Je crois que j'ai de meilleurs polars dans ma PAL, j'en suis même certaine !

Anonyme a dit…

Je note le commentaire pour les accroches en une, je transmettrai. Je rejoins sur la lecture agréable, j'avais plutôt bien aimé l'atmosphère et le personnage principal, très attachant. Merci pour le billet. Solène Perronno - le cherche midi

petite fleur a dit…

@ Ys : il n'est pas si mal non plus, j'ai passé un bon moment surtout sur la fin.

@ Solène : Je ne suis pas sensible à un auteur comme Harlan Coben. Par contre, je suis beaucoup plus sensible aux critiques de journaux comme le Times ou le Guardian (par exemple sur la couverture de "Les visages" de Kellerman).

choco a dit…

Il fait partie de mes prochaines lectures ! A voir donc !

petite fleur a dit…

Je lirai ton avis avec intérêt. Tu ne t'ennuieras pas sur la deuxième moitié, ça je te le garantis.

Kali a dit…

L'"art consommé de ne rien comprendre" de Gus, c'est tout à fait ça! Mon avis rejoint le tien, c'est un roman qui sans être exceptionnel ni original m'a quand même fait passer un bon moment.

petite fleur a dit…

Oui, j'ai vu ton avis. Comme Cuné, nous sommes dans l'ensemble d'accord pour dire que c'est un polar tout à fait correct sans être exceptionnel.

Lilibook a dit…

Je l'avais noté dans ma lal puis enlevé et en somme je ne sais pas trop ;-)

petite fleur a dit…

Je suis mauvaise critique sur les polars, je suis rarement débordante d'enthousiasme. Disons que pour celui-ci, si tu tombes dessus et que tu cherches un polar à lire, pourquoi pas : le cadre de la petite ville et du monde du hockey et du journalisme est assez sympa. Et puis la deuxième partie est vraiment prenante. Mon enthousiasme est modéré par la première moitié que j'ai trouvé un peu longue.

alinea a dit…

oui comme toi je l'ai trouvé pas mal avec un bon suspense.

aBeiLLe a dit…

Étant fan de hockey et de polar ce roman est pour moi! Je le note! :o)

Alex-Mot-à-Mots a dit…

Un héros qui a du mal à comprendre, en général, ça m'énerve avant la fin.

petite fleur a dit…

Sur ce coup là, pas trop. La première moitié, on ne comprend pas nous non plus et puis on s'attache aux mondes du journalisme, du hockey et à la petite ville.

pimprenelle a dit…

Un bon polar mais sans plus, je passe! J'en ai déjà quelques-uns dans ma PAL qui devraient me contenter!

Heureuse a dit…

Je suis surprise de ce que tu dis du début. En général je décroche vite si l'intrigue ne démarre pas alors que là, ça ne m'a pas du tout gênée. il est vrai que j'ai eu un peu plus de temps que d'habitude te que je l'ai lu très vite : je pense que ça joue un peu.
C'est à travers ce que tu dis que je me raconte que j'ai bien aimé finalement la partie où il ne fait que présenter son histoire, ses personnages, la petite ville. Comme quoi l'échange est intéressant ;)

petite fleur a dit…

Tout à fait ! Cet avis est purement subjectif et n'est que le mien. D'autres y ont retenu surtout un bon polar, tout à fait correct. Je suis un peu plus mitigée, c'est tout.