ShareThis

18 août 2010

Nuit d'été [Dan Simmons]

L'auteur : Dan Simmons est désormais un auteur connu ici, je vous laisse donc vous reporter à mes autres billets.


L'histoire : Les pensionnaires d'un internat de l'Illinois sont les témoins d'une série d'événements mystérieux et terrifiants : l'un d'entre eux disparaît, des bruits incompréhensibles se font entendre, un soldat de la Première Guerre mondiale réapparaît... L'enquête menée par un petit groupe de collégiens va les mener vers les bâtiments gothiques d'une ancienne école abandonnée, Old Central. Et c'est, au cœur de l'été, le plus insoutenable des face-à-face qui commence : celui qui met aux prises l'innocence avec la plus monstrueuse terreur qu'on puisse imaginer...

Mon avis : Après le space opéra, je découvre ici Dan Simmons dans un genre littéraire où je ne serais pas forcément allée le chercher : la terreur. Et pourtant, j'aurais eu tort car c'est un pari réussi ! On est ici proche du Stephen King à son meilleur niveau !
Dans un Middle West chaud voire brûlant du soleil de l'été, où les orages menacent et juste avant l'élection de Kennedy, une bande de copains attendent impatiemment l'arrivée des grandes vacances. Ce sont eux qui vont nous décrire leurs aventures, en passant d'un personnages à l'autre. Au début, le lecteur hésite entre une histoire inventée de toutes pièces par ces enfants, comme les chasses au trésor qu'on a tous plus ou moins faites à ces âges là, et une véritable histoire d'horreur. Et c'est là qu'on admire le talent de l'auteur : il nous empêche de basculer définitivement d'un côté ou de l'autre, nous faisant basculer en permanence, grâce à un procédé tout bête : il reste en permanence vague sur la menace qui pèse sur le groupe d'amis. La sombre silhouette de l'ancienne école, puis petit à petit des ombres qui se réveillent au cœur de la nuit et terrorisent nos héros même les plus braves... tout cela alimente l'incertitude. Et au final, peu importe. Ce qui est plaisant c'est de retrouver cette peur d'éteindre le soir en se demandant ce qu'il y a de caché sous le lit, cette peur de faire des cauchemars parce qu'on a été emporté dans une histoire, une peur comme je n'en avais pas ressentie depuis longtemps.
Si je chipotais, je dirais que c'est peut être un petit peu long à se mettre en place. Mais sinon, c'est un excellent roman de terreur comme je n'en avais plus lu depuis longtemps, bien écrit et bien mené. Et que je vous conseille, comme moi, de lire au plein cœur de l'été pour encore plus d'effet !

Objectif PAL : -63

Ce roman fait également partie du challenge de Bouh.

7 commentaires :

gruikman a dit…

Très très bon petit livre de terreur... La mise en place est longue mais je crois que j'ai aimé parce que le côté langoureux de ces après-midi au fin fond de l'amérique m'ont vraiment plu. Ensuite, Dan Simmons mène son entreprise de terreur de main de maître, simplement, efficacement! Je conseille de lire la suite qui s'appelle "Les Feux de l'Eden" où on retrouve les mêmes héros 20ans plus tard et à Hawaï: différent mais néanmoins très bon................... Attention il y a un monstre caché sous ton bureau!!!!!!!

petite fleur a dit…

@ Gruikman : Oui, un livre bien sympa !

Lilibook a dit…

j'ai un titre de cet auteur inscrit à ma lal, mais je n'ai encore jamais lu par contre Dan Simmons.

petite fleur a dit…

@ Lilibook : je ne sais pas quel titre t'a tapé dans l'oeil, mais c'est un très bon auteur.

boubou a dit…

Ah je l'ai lu il y a quelques années celui ci, et en anglais. C'était pas ce qu'il y a de plus aisé, notamment sur la fin qui s'emballe complètement mais c'était fort bon !
J'ai la suite (A Winter Haunting, vive les trads") qui m'attend depuis un bon bout de temps, tu me donnes envie de m'y plonger tient ! :)

Hydromielle a dit…

Tiens tiens...... voilà qui me tente beaucoup.

petite fleur a dit…

@ boubou : un excellent auteur !

@ Hydromielle : laisse toi tenter, je recommande Dan Simmons les yeux fermés. Après, à toi de trouver le livre qui te parle car il explore des univers très différents : SF ("Hypérion"), horreur ici, horreur tirée d'une histoire vraie ("Terreur")...