ShareThis

17 octobre 2012

La vengeance du wombat [Kenneth Cook]

L’auteur : Après Le koala tueur et autres histoires du bush, je retrouve Kenneth Cook pour de nouvelles aventures dans le bush australien peuplé d’animaux au drôle de comportement.

L’histoire : Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, et voilà Kenneth Cook, écrivain d’âge mûr « en léger surpoids », embarqué dans d’incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle. Kangourou suicidaire, koalas explosifs, wombats vindicatifs, aborigènes roublards finissent toujours par contrarier son penchant naturel pour le confort. Heureusement, car Cook en tire une brassée d’histoires plus vraies que nature, racontées avec un art consommé du gag. Une lecture jubilatoire.

Mon avis : Je vous l’ai dit récemment, je ne suis pas une adepte des nouvelles. Pourtant, comme j’avais assez apprécié l’humour qui se dégageait du Koala tueur, je n’ai pas trop hésité à lire ce recueil de 14 nouvelles.
J’ai trouvé ici que les histoires étaient un peu moins répétitives, plus enlevées que ce dont je me souvenais du premier tome, alors que je savais pourtant à quoi m’attendre quant au type d’histoires que j’allais lire et au ton de l’auteur.
L’auteur/narrateur sait et laisse clairement entendre au lecteur que chaque aventure va forcément mal se terminer. En effet, s’il s’en sort toujours vivant, la preuve étant qu’il est à même de raconter chaque épisode, une bonne dose de frayeur et de danger est toujours au programme. Accroché à un kangourou suicidaire qui tente de se jeter dans un gouffre, pourchassé par un wombat furieux ou emporté par un crocodile ou un buffle en laisse, les situations sont toutes plus cocasses les unes que les autres.
On sourit beaucoup, on rigole parfois. On passe dans tous les cas un bon moment. L’exotisme des animaux croisés dans le bush australien n’y est pas pour rien très certainement : quokka, kangourou, koala, serpents venimeux et autres êtres humains au comportement vraiment très spécial. De même que le ton détaché de l’auteur et son regard sans concession sur ses propres faiblesses. Une jolie parenthèse de lecture.

3 commentaires :

Brize a dit…

Beaucoup aimé "Le koala tueur". Mais j'attendais que son souvenir s'estompe un peu avant de lire celui-ci (peur d'avoir l'impression que ça se répétait).

Alex Mot-à-Mots a dit…

J'avais bien aimé son roman, quoiqu'un peu noir. Je ne suis pas fan de nouvelles, alors à voir.

Yosha a dit…

Je note, moi au contraire les nouvelles sont mon genre préféré ! En particulier celles de Carson Mac Cullers, de vrais bijoux, en quelques phrases on est plongé dans une atmosphère, une histoire...