ShareThis

06 mai 2014

Trois jours à Chicagoland [R.J. Ellory]

En attendant de sortir Les anges de New York de ma PAL, je me suis intéressée au triptyque Trois jours à Chicagoland formé par les trois nouvelles La sœur, Le flic et Le tueur, qui annoncait la sortie du roman Mauvaise étoile de R.J. Ellory.

L'histoire : Trois nouvelles, trois points de vue sur un seul meurtre, celui d'une jeune institutrice retrouvée étranglée dans son appartement. Des années plus tard, alors que le meurtrier est sur le point d'être exécuté, la sœur de la victime, le flic qui a mené l'enquête et le tueur reviennent sur les circonstances de sa mort pour tenter de comprendre ce qui s'est passé. Les apparences sont trompeuses et seuls leurs trois témoignages pourront révéler la triste vérité.

Mon avis : Pour la première fois après une lecture d'une œuvre de R.J. Ellory, qui je trouve a un talent fou, mon avis sera en demie-teinte.

D'abord, parce que n'étant pas une fan des nouvelles, je trouve que le format ici proposé ne laisse pas assez de place pour développer la psychologie des personnages. Le format court impose d'aller vite alors que le talent d'Ellory est justement de nous porter sur des centaines de pages et de créer une ambiance par laquelle le lecteur se laisse envahir. Comme une impression d'y être. Or, justement, cette impression d'y être se perd ici dans la nécessité de contextualiser l'avis de chacun par un minimum de vécu du personnage et l'auteur s'attache du coup davantage à des faits qu'à créer une ambiance.

Et puis, parce que j'ai eu une furieuse impression d'être flouée à la fin de la troisième nouvelle, qui se termine au milieu du tome, le reste n'étant que le début du livre Mauvaise étoile dont ces trois nouvelles accompagnent la campagne promotionnelle. Du coup, la vision du tueur que je m'attendais être un véritable contrepoint aux deux autres visions est beaucoup plus réduite et apporte trop vite la clé. Quant au procédé d'attirer le lecteur pour que la moitié de l'ouvrage ne soit pas consacrer à ce qu'on attend, je trouve cela très très limite !

Côté points positifs, je note les retournements de situation : j'en ai vu venir un, je m'attendais à un deuxième, qui n'a pas été celui que je croyais mais un autre auquel je ne m'attendais absolument pas. Je note également la façon dont tout se joue dans les détails essentiellement. Je cherchais bien de ce côté là, mais je regardais plus précisément la formulation de chaque récit, fait à la première personne. C'est seulement la conjonction des trois nouvelles qui permettra de révéler la vérité, chacun étant détenteur d'une partie. Comme toujours avec Ellory, une vraie empathie s'installe avec le narrateur, même le tueur. On s'attarde cette fois sur ce que nous faisons de notre vie, en fonction des cartes que nous avons à notre naissance et de part notre éducation.

À noter que ce triptyque ne se limite pas à être catalogué policier. Il plaira autant aux amateurs de polars qu'à bien d'autres lecteurs, si vous n'y allez pas en attendant une plongée dans une ambiance comme l'auteur sait si bien le faire, auquel cas vous risqueriez comme moi la frustration.

3 commentaires :

Manu a dit…

J'aime beaucoup R.J Ellory mais je ne note donc pas ces nouvelles !

La chèvre grise a dit…

@ Manu : Oui, elles sont dispensables.

Lourinki a dit…

J'aime aussi beaucoup R. J. Ellory, et ces trois nouvelles ne font pas exception à la règle ! Je me suis régalée à lire l'ensemble, même si le plaisir a été complètement différent de celui que je ressens à la lecture de ses romans.